Immigration: Gérard Collomb veut distinguer les «réfugiés» des «migrants économiques»

MIGRATIONS Le gouvernement avait déjà évoqué cette distinction le mois dernier…

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre de l'Intérieur Gerard Collomb rencontre la police à Calais le 23 juin 2017
Le ministre de l'Intérieur Gerard Collomb rencontre la police à Calais le 23 juin 2017 — AFP

Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb s’est exprimé ce dimanche dans le JDD sur la situation des migrants en France. Selon lui, « si l’on ne fait pas la distinction entre le droit d’asile et les autres motifs de migrations, ce sera le droit d’asile qui sera remis en cause », notamment à cause de la « réticence de plus en plus grande » des Français sur la question de l’accueil des migrants.

>> Lire aussi: La Croix-Rouge cherche à réunir les familles séparées par les conflits

Le ministre affirme ainsi que la France continuera d’accueillir « tous ceux qui fuient guerres et persécutions », tout en les distinguant « de ceux dont la migration obéit à d’autres ressorts, notamment économiques ». Cette distinction avait déjà été évoquée le 12 juillet par le gouvernement, lors de la présentation d’un « plan migrants » qui prévoit plus de 12.000 places d’hébergement pour les demandeurs d’asile et les réfugiés d’ici 2019.

Impossible d’installer des « hotspots » en Libye

Gérard Collomb s’est aussi exprimé sur la situation à Calais, qui « demeure extrêmement complexe ». Deux nouveaux centres doivent être créés dans les Hauts-de-France pour accueillir les migrants qui tentent de passer en Angleterre. En attendant, environ 350 migrants sont toujours présents à Calais, et une centaine à Grande-Synthe (Nord).

>> Lire aussi: Un migrant meurt percuté par une voiture sur l’A16 près de Calais

Pour tenter d’éviter l’afflux de personnes traversant la Méditerranée, Emmanuel Macron avait évoqué la création de points d’accueil (« hotspots ») en Libye, un pays toujours en guerre civile. « Compte tenu de la situation du pays », ces centres ne peuvent pas être aménagés, a reconnu Gérard Collomb, tout en affirmant que le chef de l’Etat « a souhaité que soient mis en place des centres d’orientation pour les demandeurs d’asile dans des pays situés au sud de la Libye. »