Woerth dénonce une volonté de Macron «d'affaiblissement du Parlement»

POLITIQUE Le député de l’Oise s’agace également des attaques contre « la vieille politique », y voyant « une vision mensongère ou candide des choses »...

20 Minutes avec AFP

— 

Eric Woerth.
Eric Woerth. — KENZO TRIBOUILLARD AFP

Il dénonce le « néo-poujadisme » du discours présidentiel. Eric Woerth, président (LR) de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, dresse « un bilan pour le moins mitigé » de la session du Parlement qui s’achève mercredi et se dresse contre « une volonté assez claire du président de la République d’affaiblissement du Parlement ».

« C’est vrai qu’il y a un renouvellement incontestable de l’Assemblée, y compris au sein du groupe des Républicains, et c’est une bonne chose si on réussit à marier expérience et jeunesse », estime Eric Woerth dans un entretien au Journal du Dimanche.

>> A lire aussi : Pourquoi Emmanuel Macron dévisse-t-il dans les sondages?

« Ils font de la politique comme on en faisait sous l’Empire romain »

Mais le député de l’Oise s’agace des attaques contre « la vieille politique », y voyant « une vision mensongère ou candide des choses ». « Nous n’appartenons pas à deux catégories : la vieille politique ou la nouvelle politique. D’ailleurs, quand je regarde la majorité, j’ai parfois l’impression qu’ils font de la politique comme on en faisait sous l’Empire romain… », lance-t-il.

« Il n’y a pas de honte à avoir sollicité plusieurs fois la confiance de ses électeurs. Ce discours, c’est du néo-poujadisme », affirme-t-il, y voyant derrière « une volonté assez claire du président de la République d’affaiblissement du Parlement ».

« Rien de difficile n’a encore été fait »

Invité à tirer un bilan des trois premiers mois de mandat d’Emmanuel Macron, Eric Woerth déclare ne pas voir « le début d’un processus de réforme en profondeur ». « Je constate que, pour l’heure, il n’y a rien dans les tuyaux sur des réformes de structure », déplore-t-il. « Il n’y a pas de cadrage de l’action. J’en suis surpris pour un président qui paraissait organisé et qui a une vision extrêmement hiérarchique et autocentrée de la République ». « La vérité, c’est que l’exécutif n’est pas encore entré dans le dur. Rien de difficile n’a encore été fait », affirme-t-il.

Le député juge le poids du Premier ministre Edouard Philippe, issu de LR, « assez faible ». « Ce n’est même pas un metteur en scène de l’action gouvernementale. C’est un metteur en forme des décisions du président, de son cabinet et de la technostructure qui entoure Emmanuel Macron ». Selon lui, « la priorité » du président en le nommant à Matignon, « c’était de casser la droite ».