VIDEO. Soupçons d’emplois fictifs: Le Parquet national financier ouvre une enquête préliminaire sur Michel Mercier

JUSTICE L’ancien ministre est soupçonné de détournements de fonds publics pour avoir employé sa fille au Sénat…

H. B.

— 

Le centriste Michel Mercier en 2012.
Le centriste Michel Mercier en 2012. — MOUSSE-POOL/SIPA

Michel Mercier est dans le viseur de la justice. Le parquet national financier (PNF) a ordonné  une enquête préliminaire sur l’ancien garde des Sceaux, a indiqué ce vendredi une source proche de l’enquête à l’AFP, confirmant une information du Monde. L’élu du Rhône est soupçonné de détournements de fonds publics pour avoir employé une de ses filles au Sénat.

Le sénateur MoDem, nommé ce mercredi au Conseil constitutionnel, aurait embauché une de ses filles à mi-temps comme collaboratrice parlementaire au Sénat entre 2012 et 2014, a révélé cette semaine Le Canard enchaînéMais cette dernière n’aurait fourni aucune preuve réelle de son travail, selon le journal satirique. Censée pourtant travailler à Paris, elle était également à l’époque domiciliée à Londres.

« J’ai bien embauché ma fille pour travailler sur des dossiers culturels »

Interrogé à ce sujet par Le Canard enchaîné, Michel Mercier s’était défendu en assurant que sa fille Delphine lui apportait une expertise sur les questions culturelles. « J’ai fait venir ma fille pour me seconder dans mes fonctions à la commission de la Culture que je venais d’intégrer », avait-il argumenté.

>> A lire aussi : Le sénateur MoDem Michel Mercier, candidat au Conseil constitutionnel, épinglé pour des emplois familiaux

« J’ai bien embauché ma fille pour travailler sur des dossiers culturels. Je m’occupais alors de questions culturelles localement (…) Je voulais mieux connaître les questions culturelles par rapport aux nouvelles technologies », avait-il assuré une seconde fois au journal satirique.