Réforme du Code du travail: «Le projet sera présenté le 31 août» et «la concertation se poursuit», indique Edouard Philippe

GOUVERNEMENT « Les textes définitifs seront approuvés par le Conseil des ministres avant la fin de l’été », a également expliqué le Premier ministre…

H. B. avec AFP

— 

Edouard Philippe à Paris le 27 juillet 2017.
Edouard Philippe à Paris le 27 juillet 2017. — AFP PHOTO / BERTRAND GUAY

« Seule l’efficacité compte ». C’est ce qu’a martelé le Premier ministre Edouard Philippe dans une interview accordée ce vendredi au Parisien et dans laquelle il revient sur  le projet de réforme du Code du travail.

« La concertation se poursuit pendant l’été pour finaliser le projet, qui sera présenté le 31 août, et les textes définitifs seront approuvés par le Conseil des ministres avant la fin de l’été », a indiqué le Premier ministre.

>> A lire aussi : Les députés de gauche vont déposer un recours devant le Conseil constitutionnel

Des mesures « trop audacieuses » pour certains, « pas assez » pour d’autres

« Des mesures paraîtront trop audacieuses à certains et pas assez à d’autres, c’est la vie, mais toutes auront fait l’objet d’un dialogue approfondi avec les partenaires sociaux », a ajouté le chef du gouvernement.

A la question, le texte ne fait-il pas la part belle aux revendications patronales ? Edouard Philippe assène : « Je ne suis pas là pour faire plaisir à tel ou tel, je suis là pour mettre en œuvre les engagements du président de la République et pour faire redémarrer le pays. C’est le sens de cette réforme ». Le Parlement, par un ultime vote du Sénat, a définitivement adopté ce mercredi le projet de loi autorisant le gouvernement à légiférer par ordonnances pour réformer le Code du travail.

>> A lire aussi : Les ordonnances entreront en vigueur «autour du 25 septembre»

Concernant les couacs enregistrés ces dernières semaines au sein du gouvernement, le Premier ministre a répondu qu'« il y avait forcément, comme au début de chaque période, des choses qui se calent (…) Nous avons voulu intégrer des hommes et des femmes qui n’étaient pas issus du monde politique. Les qualités pour lesquelles ils ont été choisis sont incomparablement supérieures aux petits inconvénients liés à leur adaptation ».