VIDEO. Sexisme à l’Assemblée: Des «cris de chèvre» pendant la prise de parole d’Alice Thourot (LREM)

RÉACTIONS C'est un député Les Républicains qui est soupçonné par le groupe LREM d'avoir agi de la sorte... 

L.Br.

— 

Les députés en pleine discussion sur la réforme du Travail, le 1er août 2017.
Les députés en pleine discussion sur la réforme du Travail, le 1er août 2017. — PHILIPPE LOPEZ / AFP

Après les caquètements de poule lors de l’intervention de Véronique Massonneau à l’Assemblée nationale en 2013, un député a cette fois-ci imité une chèvre lors de l’intervention d’une élue en plein hémicycle.

Ce jeudi 3 août, en plein débat sur le projet de loi de confiance dans la vie politique, la députée de la Drôme Alice Thourot (LREM) prend la parole pour défendre cette loi du gouvernement. Alors qu’elle s’indigne de la « mauvaise foi patente » de ses collègues lors des débats, un député se met à imiter le cri de la chèvre, relève le site Le Lab. On l’entend (faiblement) dans cette vidéo de LCP, à partir de 20 secondes.

Une moquerie qui revient souvent dans les couloirs de l’Assemblée, suppose l’Obs, en référence à cette plaisanterie qui circulait après les élections législatives : « Même une chèvre aux couleurs d’En Marche aurait été élue. […] Il suffit d’avoir sa photo avec Macron pour gagner son siège. »

« Misogynie ordinaire »

Le député Olivier Damaisin condamne immédiatement cette séquence sur Twitter, et accuse un député Républicain d’en être à l’origine.

Jean-Luc Mélenchon, patron du groupe La France Insoumise, dénonce également ce qu’il appelle la « misogynie ordinaire » de l’Assemblée nationale.

L’affaire est même remontée jusqu’au Président de l’Assemblée nationale François de Rugy, qui affiche sur Twitter son soutien à la députée.

Les remarques désobligeantes sont une tradition de l’Assemblée nationale : avant Alice Thourot, Laurence Rossignol, Cécile Duflot, Fleur Pellerin ou encore Laurence Dumont en ont été la cible.