VIDEO. Qui est Michel Mercier, le centriste nommé au Conseil constitutionnel?

PORTRAIT A 70 ans, le centriste fait son entrée au Conseil constitutionnel…

L.C. avec AFP

— 

Le centriste Michel Mercier en 2012.
Le centriste Michel Mercier en 2012. — MOUSSE-POOL/SIPA
  • La commission des lois du Sénat a validé la nomination au Conseil constitutionnel de Michel Mercier.
  • L’ancien garde des Sceaux, centriste, a une longue carrière politique derrière lui.

Un centriste entre au Conseil constitutionnel. Michel Mercier va y remplacer Nicole Belloubet, nommée ministre de la Justice le 21 juin dernier après le départ du gouvernement de François Bayrou. Sa nomination, suggérée par, le président Les Républicains du Sénat, Gérard Larcher, a été validée ce mercredi par la commission des Lois.

Peu connu du grand public, cet homme politique a été épinglé mardi par Le Canard enchaîné qui a révélé que le sénateur avait employé deux de ses filles comme assistantes parlementaires - des accusations qu’il a nié peu après sa nomination.

Une longue carrière politique

A 70 ans, Michel Mercier, actuellement sénateur du Rhône, a un CV politique bien rempli. Il a été conseiller municipal de Thizy dès ses 23 ans, pendant six ans, avant d’être élu maire, une fonction qu’il occupera pendant plus de 23 ans. Il a aussi été député du Rhône pendant 2 ans et président du conseil général du Rhône pendant près de 23 ans. Sous Nicolas Sarkozy, il a été nommé ministre de l’espace rural et de l’aménagement du territoire puis garde des Sceaux.

Au Sénat, où il a été élu pour la première fois en 1995, Michel Mercier a été récemment rapporteur du nouveau projet de loi antiterroriste que le gouvernement entend mettre en place pour remplacer, au 1er novembre 2017, le régime de l’état d’urgence appliqué depuis les attentats du 13 novembre 2015.

Un centriste historique proche de Bayrou, rallié à Macron

Proche de François Bayrou, avec qui il a arpenté les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, Michel Mercier a toujours été centriste. Il a présidé le groupe centriste à l’Assemblée puis au Sénat. Pendant la campagne présidentielle, un ancien salarié du MoDem a accusé l’ex trésorier du parti d’avoir été impliqué dans l’affaire des assistants parlementaires du parti.

Selon Le Monde, il a été « l’un des artisans du rapprochement entre François Bayrou et Emmanuel Macron ». Il avait précédemment été à l’initiative de la création de la Métropole de Lyon avec Gérard Collomb, macroniste de la première heure devenu ministre de l’Intérieur.

« C’est un vrai démocrate-chrétien », dit de lui Gérard Larcher, « un homme pragmatique, mais qui tient sur l’essentiel de ce qu’il croit ». Pour François Bayrou, il est « fin et intelligent ». D’autres sénateurs le décrivent comme « quelqu’un de malin, madré, qui sait y faire ».

Enseignant en droit

Fils de maçon, il est diplômé d’études supérieures de droit public et de l’Institut d’études politiques de Lyon et a été maître-assistant de droit à l’université de Lyon-III. Il siégera avec les Sages de la rue Montpensier jusqu’en 2022.