Les aides personnalisées au logement vont-elles baisser dès septembre?

LOGEMENT Environ 800 000 étudiants touchent chaque année cette aide, qui coûte plus de 20 milliards d’euros aux pouvoirs publics…

H. B.

— 

Illustration d'un logement étudiant à Paris.
Illustration d'un logement étudiant à Paris. — A. Gelebart / 20 Minutes

« Trop de dépenses, donc trop d’impôts, trop de déficits et trop de dettes. » Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a réaffirmé ce jeudi à l’Assemblée nationale que la réduction des dépenses publiques serait l’axe majeur du quinquennat. Dans la ligne de mire de l’exécutif, les aides aux logements et plus particulièrement l’aide personnalisée au logement connue sous le nom d’APL.

« Nous dépensons deux fois plus que nos voisins européens dans l’aide au logement, et les Français éprouvent toujours autant de difficultés à se loger », avait déclaré le 4 juillet le Premier ministre Edouard Philippe lors de son discours de politique générale devant l’Assemblée nationale.

Une baisse déjà votée sous le quinquennat Hollande

Le gouvernement songerait à baisser l’APL, estimée à plus de 20 milliards d’euros en 2016, dès la rentrée prochaine, selon LCI. Premières victimes de ce rabotage, les étudiants. Environ 800 000 d’entre eux touchent chaque année cette aide, devenue indispensable pour payer des loyers toujours plus chers.

>> A lire aussi : APL, CSG, taxe d’habitation… On en sait (un peu) plus sur les projets budgétaires du gouvernement

La baisse des aides au logement avait déjà été votée lors du précédent quinquennat, sous le mandat de François Hollande. « La baisse des APL a été votée par la précédente majorité mais n’a jamais été mise en place. Nous prendrons les mesures votées par le Parlement », a confirmé le ministre des Comptes publics.

Les APL, qui représentent 40 % des aides au logement, ont été touchées par plus de 2,6 millions de foyers au premier trimestre 2017, pour une aide moyenne de 225 euros.