Le futur statut de Brigitte Macron agace les députés, qui eux vont être privés d’emplois familiaux

ELYSEE Le président de la République travaille sur une charte pour donner un statut officiel à la Première dame…

H. B.

— 

Le président Emmanuel Macron et sa femme Brigitte.
Le président Emmanuel Macron et sa femme Brigitte. — AFP

La colère gronde dans les rangs de l’opposition. Alors que la loi sur la moralisation de la vie publique s’apprête à interdire le recours aux emplois familiaux à l’Assemblée nationale, les députés de l’opposition, de droite comme de gauche, fustigent le futur statut que le président Emmanuel Macron veut créer pour la Première dame.

Emmanuel Macron avait déclaré pendant la campagne qu’il voulait « clarifier » le statut de l’épouse du chef de l’Etat en lui donnant un statut officiel, quoique sans rémunération, afin de « sortir d’une hypocrisie française ». « Je souhaite qu’un cadre soit défini et je demanderai qu’un travail soit conduit en la matière », avait précisé le chef de l’Etat.

>> A lire aussi : Les petits secrets sur les emplois familiaux

« Faites ce que je dis mais pas ce que je fais ! »

Plusieurs députés ont publiquement montré leur agacement. « Faites ce que je dis mais pas ce que je fais ! », a tweeté le député LR Thierry Mariani.

Même son de cloche à gauche. « Brigitte Macron serait donc une collaboratrice. Pourtant on va interdire aux députés d’employer leur famille non ? », s’est interrogé le député de La France insoumise de Seine-Saint-Denis Eric Coquerel.

« Je ne vois pas pourquoi la femme du chef de l’État aurait un budget sur de l’argent public. On est en train de nous dire qu’il faut recruter des centaines d’administrateurs à l’Assemblée pour contrôler tous nos tickets de caisse, et on va allouer un budget à la femme du chef de l’État, je ne suis pas d’accord », a aussi dénoncé  le député socialiste Luc Carvounas ce mardi sur le plateau de Public Sénat et à Sud Radio.

Selon le Figaro, Brigitte Macron dispose à l’heure actuelle d’une équipe de deux à trois collaborateurs, ainsi que de deux secrétaires et deux agents de sécurité.