VIDEO. Démission du général de Villiers: Le chef d’état-major dit adieu à ses troupes sur Facebook

ARMEES «L’heure du départ est arrivée, plus rapidement que prévu. Cela ne vous étonnera pas, vous dont l’imprévu est le pain quotidien», écrit notamment le général…

H. B.

— 

Le général Pierre de Villiers, chef des armées françaises, le 19 mars 2017.
Le général Pierre de Villiers, chef des armées françaises, le 19 mars 2017. — Kamil Zihnioglu/AP/SIPA

C’est la dernière lettre qu’il publiera dans son « journal de bord » sur Facebook. Le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées françaises, a donné sa démission ce mercredi après un conflit avec le président Emmanuel Macron sur une baisse des crédits militaires. En guise d’au revoir, le militaire a posté en fin de matinée une lettre sur son compte Facebook sobrement intitulée « Départ ».

« Choisir d’être militaire, c’est accepter de ne plus s’appartenir, tout-à-fait »

« L’heure du départ est arrivée, plus rapidement que prévu. Cela ne vous étonnera pas, vous dont l’imprévu est le pain quotidien. Depuis le premier jour, nous avons appris à avoir, avec nous, un sac prêt pour partir "au coup de sifflet bref". Choisir d’être militaire, c’est accepter de ne plus s’appartenir, tout-à-fait », explique l’ex-chef d’état-major dans son journal de bord intitulé « Pensées du Terrain. Lettres à un jeune engagé ».

Le général de Villiers avait pris l’habitude de publier régulièrement ce genre de lettres destinées aux jeunes recrues de l’armée. Il y livrait ainsi ses recommandations et y faisait part de ses réflexions sur « certains sujets importants ».

« Ce qui m’importera, jusqu’à mon dernier souffle, c’est le succès des armes de la France »

« Au moment de partir, je vous redis à quel point la vie militaire mérite d’être vécue. Aimez-la avec passion. Donnez-lui beaucoup, car on ne peut s’engager à moitié. Et si parfois il lui arrive d’être ingrate, considérez un instant tout ce qu’elle vous a donné. A titre personnel, je reste indéfectiblement attaché à mon pays et à ses armées. Ce qui m’importera, jusqu’à mon dernier souffle, c’est le succès des armes de la France », conclut l’ancien chef d’état-major des armées.

>> A lire aussi : Retour sur une polémique en cinq actes

Le général de Villiers, 60 ans, avait été nommé en janvier 2014 dans un contexte de rigueur budgétaire, avec pour principale mission de mettre en œuvre la loi de programmation militaire (LPM) qui prévoyait 34.000 suppressions de poste, et de réorganiser le ministère. Personnalité intègre et rugueuse, apprécié de ses hommes, le général Pierre de Villiers a constamment défendu depuis plus de trois ans un modèle d’armée équipée et financée pour « couvrir tout le spectre de menaces ».