Emmanuel Macron de nouveau visé par une rumeur sur son patrimoine

DESINTOX Non, il n'est pas propriétaire d'une villa à Marrakech via une société panaméenne...

Mathilde Cousin

— 

Non, Emmanuel Macron ne possède pas de villa à Marrakech via une société offshore.
Non, Emmanuel Macron ne possède pas de villa à Marrakech via une société offshore. — Blondet Eliot-POOL/SIPA
  • Des sites d’extrême-droite publient un bail commercial sur lequel apparaît le nom du président de la République.
  • La déclaration de patrimoine d’Emmanuel Macron ne comprend ni villa à Marrakech ni société à Panama.

Deux mois après les « Macronleaks », Emmanuel Macron est à nouveau visé par une rumeur sur son patrimoine. Le site d’Alain Soral, Egalité et réconciliation, publie un bail commercial, lui-même repris de la revue Faits & Documents. Ce bail aurait été signé entre deux sociétés pour la location d’une propriété de luxe à Marrakech.

Le nom d’Emmanuel Macron apparaît à côté de celui de Guillaume Rambourg comme représentant de la première société, « Bab el Mektoub SA », une société « de droit panaméen », selon le bail. Cette société aurait « fait bail commercial et donne à loyer à la SARLAU CAPELLA », la deuxième société représentée par « Olfa Terras ».

DESINTOX

La société Bab el Mektoub qui se retrouve ici associée au président de la République n’apparaît pas dans la déclaration de patrimoine d’Emmanuel Macron, qui a été complétée le 16 mars par celui qui était alors candidat et qui est disponible sur le site de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. Dans la rubrique XI, qui porte sur « les biens mobiliers, immobiliers et comptes détenus à l’étranger », figure l’indication « néant ».

Autre motif d'interrogation : la formulation du bail. Les sociétés de droit panaméen utilisent généralement des prête-noms pour dissimuler les noms des propriétaires des sociétés. D’autres incohérences mettent en doute l’authenticité de ce bail :

- la signature d’Emmanuel Macron qui apparaît en bas du bail semble avoir été rajoutée. Elle est reprise des tracts du candidat d’En Marche ! et elle est bien différente de la signature manuscrite qui figure sur sa déclaration de patrimoine.

- le loyer pour cette propriété, qui, selon le bail, s’étale sur douze hectares et comprend « un pavillon d’invités » et un « spa », est de 1500 dirhams par mois, soit 136 euros. Un montant bien faible, alors qu’en 2014, cette propriété était à vendre pour 65 millions d’euros, selon l'agence immobilière Christie's. Actuellement, la propriété est toujours à vendre. Le prix actuel n’est pas communiqué par l’agence immobilière Kensington properties, qui indique que « le prix a évolué » et ne correspond plus à 65 millions d’euros.

- la description de la propriété est très incomplète. Elle est décrite dans le bail comme étant « une villa avec dépendances d’environ 12 hectares, 4500m2 couverts, un pavillon d’invité, un spa ». Sur le site de l’agence immobilière, la propriété est décrite comme ayant deux piscines, un garage pour quinze voitures, une salle de sport, un centre de soins, un hammam, un court de tennis…

Que sait-on sur la propriété qui apparaît sur ce bail ?

Elle est située à Marrakech, « dans le domaine privé le plus fermé du Maroc », selon l’agence immobilière. Elle est en vente depuis 2014.

L’identité du propriétaire de la villa est inconnue. Mais à la même adresse est domiciliée la société Capella, dont la gérante est Olfa Terras. Cette dernière est l’épouse de Guillaume Rambourg. Celui-ci, qui a travaillé à la City, avait expliqué au quotidien Libération avoir connu Emmanuel Macron « lorsqu’il était conseiller à l’Elysée. » Il affirme avoir aidé celui qui était alors candidat à la présidence de la République « à se connecter aux Français travaillant dans la finance en Angleterre. » Contacté, l’Elysée ne confirme pas l’identité de ce donateur. « En Marche ! a eu plusieurs milliers de donateurs. Une loi garantit en France le secret fiscal. En vertu de cette loi, En Marche ! ne révèle pas l’identité des donateurs. »

Pourquoi Emmanuel Macron est-il visé avec ce bail ?

Les sources qui ont publié ce bail sont à prendre avec la plus grande prudence : le site Egalité et réconciliation est tenu par l’essayiste d’extrême-droite Alain Soral, qui a récemment été condamné pour diffamation. Quant à la revue Faits & Documents, elle a été fondée par Emmanuel Ratier. Décédé en 2015, ce dernier était une figure de l'extrême-droite qui a notamment travaillé pour le journal Minute

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.