Un député de la France insoumise suggère aux élus LREM de devenir, eux aussi, des Insoumis

ALLIANCE «Vous en trouverez toujours, comme nous, pour vous accueillir avec le plus grand plaisir»…

Manon Aublanc

— 

Adrien Quatennens, député de la France insoumise, lors d'un débat à l'Assemblée nationale, le 10 juillet 2017.
Adrien Quatennens, député de la France insoumise, lors d'un débat à l'Assemblée nationale, le 10 juillet 2017. — AFP

Une drôle de proposition. Adrien Quatennens, député La France insoumise (LFI) de la première circonscription du Nord, a proposé à ses collègues de La République en marche (LREM) de devenir eux aussi des Insoumis, rapporte Le Lab d’Europe 1.

Figure montante de l’opposition à la réforme du Code du travail, le jeune député LFI du Nord a, encore, fait parler de lui ce lundi, lors de l’examen en séance du projet de loi d’habilitation à l’Assemblée nationale.

>> A lire aussi : VIDEO. Réforme du Code du travail: La totalité des amendements rejetés, «évidemment»!

« N’hésitez pas, même, à vous insoumettre »

Au micro, il a pris la parole pour dénoncer la méthode choisie par le gouvernement, avant de proposer aux élus de la République en marche d’oser s’opposer aux projets du gouvernement.

Le député de la première circonscription du Nord reproche aux élus de la République en marche d’accepter les projets du gouvernement sans ciller : « Ne vous laissez pas griser par la vague Macron qui vous a amené jusqu’ici. Vous êtes des députés de la nation, vous êtes des représentants du peuple français : soyez à la hauteur, faites un usage immodéré de votre capacité de réflexion propre et de votre libre arbitre. Ne craignez pas de vous laisser convaincre, même, par d’autres que vous-mêmes. Sondez en vous autre chose que ce qu’il convient de faire pour vous faire bien voir des vôtres. N’hésitez pas, même, à vous insoumettre. Vous en trouverez toujours, comme nous, pour vous accueillir avec le plus grand plaisir et vous soutenir dans cette démarche. » Le jeune Insoumis a, une nouvelle fois, marqué les esprits.

>> A lire aussi : Réforme du code du travail par ordonnances: Quels sont les principaux points de friction avec les syndicats?