«On peut à la fois baisser les dépenses publiques et baisser les impôts pour les Français», affirme Bruno Le Maire

ECONOMIES Bruno Le Maire est très confiant...

20 Minutes avec AFP

— 

Bruno Le Maire sur le point d'assister au conseil des ministres hebdomadaire, le 5 juillet 2017, à l'Elysée.
Bruno Le Maire sur le point d'assister au conseil des ministres hebdomadaire, le 5 juillet 2017, à l'Elysée. — AFP

Un calendrier des réformes fiscales en devenir et des promesses… Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, interrogé en marge des rencontres économiques d’Aix-en-Provence sur les reports de réformes fiscales prévues par le gouvernement, a lâché plusieurs infos.

« Pour l’instant, aucune mesure définitive n’a été arrêtée en matière de calendrier. Je suis convaincu qu’on peut à la fois baisser les dépenses publiques et baisser les impôts pour les Français et pour les entreprises. Je pense qu’on peut faire les deux en même temps », a-t-il poursuivi.

Il a aussi admis comprendre « le sentiment d’urgence qui habite les Français ». « Nous allons aller vite » et « nous allons aller loin ».

Plusieurs reports annoncés par Edouard Philippe

Dans son discours de politique générale, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé mardi le report de plusieurs réformes fiscales ainsi qu’une baisse conséquente des dépenses publiques afin de contenir le déficit public à 3 % du PIB en 2017 et en 2018.

La réforme de l’impôt sur la fortune (ISF), jusque-là attendue en 2018, n’interviendra ainsi qu’en 2019, tout comme la transformation du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) en baisse de charge, reportée en raison de son coût lors de l’année de transition.

Le gouvernement n’a en revanche pas précisé la date d’entrée en vigueur de sa flat tax sur les revenus du capital et est resté flou sur la suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des ménages, initialement prévue pour s’étaler entre 2018 et 2020.