Convention de LREM: «Ce sera un moment de connexion entre le terrain et le politique»

LREM Militants et députés de La République en Marche expliquent leurs attentes avant la première convention du parti organisée ce samedi à Paris…

Martin Guimier

— 

Reunion publique en plein air - Prise de parole d'Edouard Philippe.
Reunion publique en plein air - Prise de parole d'Edouard Philippe. — J.Lopez/SIPA

Le « Paris Event Center » de La Villette, situé dans le XIXème arrondissement de Paris, accueille ce samedi le premier grand rassemblement des membres de La République en marche. Les acteurs de terrain, référents départementaux, animateurs locaux et députés, y rencontreront le Premier ministre Edouard Philippe ainsi que les membres du gouvernement. La nouvelle gouvernance du parti, ainsi que ses orientations pour la suite seront définies à l’issue de cette convention.

Direction collégiale

La présidente du mouvement par intérim, Catherine Barbaroux, nommé à la suite de l’élection d’Emmanuel Macron, laissera sa place. La République en marche sera désormais dirigé de manière collective, par une équipe qui sera désignée lors de la convention. Marianna Mendza, référent du parti dans le 11ème arrondissement de Paris, se félicite de cette décision : « Je trouve que c’est une bonne idée, que c’est novateur. C’est bien d’avoir différentes sensibilités à la tête du parti. L’idée d’intégrer à la direction collégiale de simples adhérents, par tirage au sort, a aussi été évoquée. Cela me plaît beaucoup également. »

>> A lire aussi : Strasbourg: Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, le conseil municipal, ce serait pas un peu Dallas ?

« Connexion entre le terrain et le politique »

La convention sera l’occasion d’échanges entre les membres des comités locaux, les députés, ainsi que les membres du gouvernement. « C’est la première fois que la majeure partie des membres de La République en marche va se réunir », explique Yannick Kerlogot, député LREM dans la 4ème circonscription de Côtes d’Armor. « Ce sera un moment de connexion entre le terrain et le politique. Nous sommes véritablement dans une logique de parti désormais ». Le néo-député précise également que la nouvelle organisation de La République en marche sera définie, ainsi que de nouveaux statuts, qui seront soumis au vote durant l’été.

Développement des comités locaux

Le parti, qui revendique aujourd’hui plus de 373.000 adhérents, compte bien poursuivre sa progression sur le terrain. « En définissant la structure du mouvement dans le futur, nous allons continuer à faire vivre La République en marche. Nous allons soutenir la mise en place de nouveaux comités locaux, qui continueront à organiser des ateliers ouverts aux adhérents et aux non-adhérents, tout ça pour alimenter le débat avec les français », explique Maxime Boissière, référent départemental LREM en Seine-Maritime,

Autre fonction de ces comités locaux pour Marianna Mendza, « expliquer aux Français les mesures qui vont être mises en place par Emmanuel Macron et par le gouvernement, afin qu’elles soient parfaitement comprises ».