Déplacement de Macron à Las Vegas: Pénicaud n'a «rien à se reprocher»

JUSTICE Des juges d'instruction vont enquêter sur des soupçons de favoritisme dans l'organisation d'un déplacement d'Emmanuel Macron à Las Vegas lorsqu'il était ministre de l'Economie...

C.Po. et T.L.G.

— 

Emmanuel Macron et Muriel Pénicaud en déplacement à Las Vegas en janvier 2016
Emmanuel Macron et Muriel Pénicaud en déplacement à Las Vegas en janvier 2016 — Robyn Beck / AFP

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, « prend acte » de l’ouverture d’une information judiciaire sur des soupçons de favoritisme dans l’organisation d’un déplacement d' Emmanuel Macron à Las Vegas en janvier 2016, et assure qu’elle n’a « rien à se reprocher », dans un communiqué succinct publié ce vendredi.

« Je prends acte de l’ouverture d’une information judiciaire contre X par le parquet de Paris », écrit la ministre qui dirigeait à l’époque des faits Business France, agence publique soupçonnée d’avoir enfreint la réglementation sur les marchés publics.

« J’attends sereinement les conclusions qui seront tirées à l’issue de la procédure »

« Je maintiens avec la plus grande fermeté que je n’ai rien à me reprocher. Je n’ai pas l’intention de me laisser détourner de la mission qui est la mienne », ajoute la ministre, qui est chargée de mener l’une des reformes phares de ce début de quinquennat, celle du Code du travail.

« J’ai confiance dans le travail de la justice. J’attends sereinement les conclusions qui seront tirées à l’issue de la procédure », note Muriel Pénicaud.

L’enquête sur le déplacement d’Emmanuel Macron à Las Vegas, lorsqu’il était ministre de l’Economie, a pris ce vendredi un nouveau tournant. Le parquet a ouvert une information judiciaire contre personne non dénommée des chefs de favoritisme et recel de favoritisme, a appris 20 Minutes de source judiciaire.

Dès le 13 mars, une enquête préliminaire avait été ouverte par le parquet de Paris sur cette fameuse « French Tech Night » et confiée les investigations à l’office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF).

La justice soupçonne des dysfonctionnements dans le montage de cette opération, confiée à Havas sans appel d’offres par Business France (BF), organisme notamment dépendant de Bercy. La directrice générale de BF en 2006, l’actuelle ministre du Travail Muriel Pénicaud, est notamment soupçonnée d’avoir pu être alertée en amont des difficultés comptables liées à l’organisation de l’événement. Au vu de ces informations, la ministre pourrait très certainement être entendue par la justice.