Le conseiller économique de Marine Le Pen prône un abandon de la sortie de l’euro

FRONT NATIONAL Mais Marine Le Pen affirme que le débat est loin d'être fini dans le parti...

D.B.

— 

ILLUSTRATION : Piece de monnaie de 1 (un) Euro. Paris, France, le 18 Avril 2017.Credit:NICOLAS MESSYASZ/SIPA/
ILLUSTRATION : Piece de monnaie de 1 (un) Euro. Paris, France, le 18 Avril 2017.Credit:NICOLAS MESSYASZ/SIPA/ — SIPA

Accusée d’avoir participé à l’échec de Marine Le Pen à la présidentielle, la proposition du FN de sortir de l’euro fait depuis débat dans le parti. Nouvel épisode ce jeudi avec les déclarations du conseiller économique de Marine Le Pen, Bernard Monot. Interrogé par le Figaro, ce dernier recommande d’abandonner ce positionnement sur la sortie de l’euro.

« Deux Français sur trois n’ont pas validé nos solutions, ni en 2012, ni en 2017. C’est une impasse politique. Même si nous avions raison économiquement, nous devons mettre ce projet dans un carton et proposer autre chose », indique-t-il.

Je pense que notre pays mérite d’être souverain

Marine Le Pen a réagi ce jeudi sur Europe 1 à l’affirmation du Figaro selon laquelle le FN prêt à un revirement spectaculaire sur l’euro. « Il va y avoir un séminaire, et ce séminaire va permettre d’organiser une grande consultation des adhérents du FN. Donc, avant que les adhérents aient pris position, je ne vois pas comment Le Figaro peut avoir l’outrecuidance de connaître la pensée profonde des adhérents ou des électeurs du FN », a-t-elle réagi.

Tout en réaffirmant son opinion sur le sujet : « Je dis à l’intérieur du FN ce que je dis sur les plateaux, parce que je n’exprime que ma conviction profonde : je pense que notre pays mérite d’être souverain, parce qu’il s’est battu pour cela pendant des siècles. Il mérite de décider pour lui-même ».

« Je vais essayer de concilier cette nécessité d’être libre chez nous, souverain chez nous, Français, et rassurer ces derniers sur cette question monétaire », a ajouté Marine Le Pen. Tout en reconnaissant que le débat sera ardu : « Certes, ça va un peu être la quadrature du cercle, mais je suis convaincu qu’on va y arriver. »