Affaire Fillon: Ses enfants ne sont pas mis en examen pour les soupçons d'emplois fictifs

FILLONGATE Après leurs convocations, Charles et Marie Fillon sont tous deux ressortis avec le statut de témoin assisté...

Laure Gamaury

— 

Penelope and Francois Fillon.
Francois Fillon, candidate for the right-wing primaries ahead of the French 2017 presidential election, delivers a speech during a campaign rally Porte de Versailles
Paris, FRANCE-25/11/2016//JACQUESWITT_Fillon037/Credit:WITT/SIPA/1611252221
Penelope and Francois Fillon. Francois Fillon, candidate for the right-wing primaries ahead of the French 2017 presidential election, delivers a speech during a campaign rally Porte de Versailles Paris, FRANCE-25/11/2016//JACQUESWITT_Fillon037/Credit:WITT/SIPA/1611252221 — SIPA

Pas d’« indices graves ou concordants ». D’aprèsLe Parisien, les enfants de François et Penelope Fillon n’ont pas été mis en examen à l’issue de leurs convocations chez les juges, contrairement à leurs parents, soupçonnés de « détournement de fonds publics », via des emplois fictifs. Ils ont été placés sous le statut de témoin assisté.

Les juges n’ont pas trouvé d’« indices graves ou concordants » pour une mise en examen pour « recel de détournement de fonds publics ». Les deux enfants de l’ex-Premier ministre ont travaillé pour lui sur de courtes périodes, comme assistants parlementaires, alors qu’il était sénateur.

>> A lire aussi : Affaire Fillon: «J’ai envie de savoir d’où c’est venu», explique l’ancien Premier ministre

Des preuves tangibles

Marie Fillon a travaillé pour son père d’octobre 2005 à décembre 2006, pour 3.800 euros brut par mois. Elle a été en mesure de fournir au juge, comme son frère, son agenda et son badge de la bibliothèque du Palais-Bourbon. Elle « a déclaré avoir effectué plusieurs études comparées entre pays européens sur le thème de l’école. Une dizaine de notes aurait alimenté La France peut supporter la vérité, l’ouvrage de François Fillon en 2006 », rapporte Le Parisien. Charles Fillon a lui affirmé avoir rassemblé des bases documentaires pour son père dans l’optique de son projet politique, entre janvier et juin 2007, pour 4.846 euros brut mensuels.

L’ancien candidat de la droite et du centre à l’élection présidentielle, est, lui, mis en examen, comme sa femme. François Fillon est soupçonné d’avoir fourni plusieurs emplois fictifs à sa femme Penelope, durant ses mandats de député.

Les deux enfants du couple ont semble-t-il convaincu les juges, grâce en partie à leurs relevés bancaires. Leurs avocats n’ont pas souhaité commenter cette affaire.