Hommage à Helmut Kohl, dans l'hémicycle du Parlement européen à Strasbourg, samedi 1er juillet.
Hommage à Helmut Kohl, dans l'hémicycle du Parlement européen à Strasbourg, samedi 1er juillet. — Patrick HERTZOG / AFP

CÉRÉMONIE

Strasbourg: Emmanuel Macron rend hommage à Helmut Kohl, «un ami de la France»

Un hommage solennel au père de la réunification allemande a été rendu samedi au Parlement européen à Strasbourg…

Emmanuel Macron a salué en Helmut Kohl, samedi dans l’hémicycle du Parlement européen à Strasbourg, un « ami » de la France, mais surtout une inspiration pour la relation franco-allemande. Revendiquant cet héritage lors d’un hommage solennel rendu au père de la réunification allemande, le président s’est exclamé : « c’est à cela qu’avec Angela Merkel, je souhaite redonner un sens, une réalité et une densité. »

Helmut Kohl est décédé le 16 juin à l’âge de 87 ans. Il a été chancelier pendant seize années, de 1982 à 1998.

Macron s’exprime en allemand

« A ceux qui prétendent aujourd’hui que les institutions et les traités européens sont de vaines constructions technocratiques, je veux dire ici, devant Helmut Kohl : c’est parce que vous en avez retiré l’amitié, c’est parce que vous avez laissé mourir la flamme », a-t-il accusé. A eux seuls, « le pragmatisme, le sens du réel, l’habileté politique sont formidablement utiles, mais ils ne construisent rien » alors que « les idéaux, éclairés par l’amitié et l’épaisseur d’une vie, donnent corps aux projets, les font durer », a relevé Emmanuel Macron.

>> A lire aussi : L'organisation compliquée de l'hommage à l'ex-chancelier allemand Helmut Kohl

Puis il a enchaîné, citant Helmut Kohl lui-même, en allemand : « Nous n’avons aucune raison de nous résigner, nous avons beaucoup plus de raisons d’être d’un réalisme optimiste. »

« Helmut Kohl fut pour la France un ami »

Pour Emmanuel Macron, qui avait 12 ans au moment de la chute du mur de Berlin, Helmut Kohl représente, a-t-il dit, « une part de l’histoire européenne » marquée par « des choix historiques, des actes de courage », la « réunification allemande, la construction européenne ». « Helmut Kohl fut pour la France un interlocuteur privilégié, un allié essentiel, un bâtisseur infatigable, mais il fut plus que cela, il fut un ami », a-t-il encore souligné.

« Lorsque la réunification allemande survint, il mit toute son énergie afin que, loin d’affaiblir l’Europe, elle la renforce », s’est-il aussi souvenu.

>> A lire aussi : Clinton, Macron et Merkel sont attendus à Strasbourg pour l'hommage à Helmut Kohl