Assemblée: Eric Woerth (LR) et Marielle de Sarnez (Modem) élus à la tête de commissions

POLITIQUE Ils sont respectivement à la tête de la commission des Finances et des Affaires étrangères...

20 Minutes avec AFP

— 

Eric Woerth, le 9 janvier 2016 au siège parisien du parti Les Républicains.
Eric Woerth, le 9 janvier 2016 au siège parisien du parti Les Républicains. — Witt - Sipa

Eric Woerth, député LR de l’Oise et ancien ministre du Budget, a été élu ce jeudi président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, au troisième tour de scrutin, selon plusieurs députés. Par ailleurs, Marielle de Sarnez, ex-ministre des Affaires européennes et députée MoDem de Paris, a été désignée présidente de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, a-t-elle annoncé.

Un vote incertain

Trois tours auront été nécessaires pour départager les candidats à la commission des Finances. Pour ce vote à huis clos, auquel les députés REM et MoDem n’ont pas participé sachant que cette présidence revient traditionnellement à l’opposition.

Eric Woerth l’a finalement emporté, à la majorité relative, avec 13 voix contre 7 pour Charles de Courson (UDI, groupe « constructifs ») et 6 pour Valérie Rabault (Nouvelle Gauche, ex-PS). Présent au premier tour, Eric Coquerel (LFI) a retiré sa candidature ensuite.

Réélu pour un quatrième mandat de député de la 4e circonscription de l’Oise face à une candidate REM, Eric Woerth, 61 ans, a été ministre du Budget de 2007 à 2010, puis du Travail en 2010. Il avait dû quelques mois après quitter le gouvernement en raison de sa mise en cause dans l’affaire Liliane Bettencourt, avant d’être finalement relaxé en mai 2015.

Sarnez seule en lice

Eric Woerth avait été choisi par le groupe LR mercredi pour la présidence de la commission des Finances, aux dépens du sortant Gilles Carrez.

Mais son élection jeudi n’était pas acquise, après le psychodrame dans la nuit autour du choix comme questeur de « l’opposition » de Thierry Solère, un « constructif » LR, et non d’Eric Ciotti, un LR historique.

Ca a été plus simple pour Marielle de Sarnez. Comme elle était seule candidate pour ce poste, il n’y a pas eu de scrutin, a précisé une source parlementaire. Marielle de Sarnez avait renoncé dimanche à être candidate à la présidence du groupe MoDem à l’Assemblée, qui est revenue à Marc Fesneau, mais l’ex-ministre, dont le parti fait l’objet d’une enquête sur l’emploi de ses assistants parlementaires européens, briguait du coup une présidence de commission.

La nouvelle présidente de la commission des Affaires étrangères s’est déclarée jeudi « très heureuse » d’avoir trouvé « un accord pour la composition du bureau » de cette commission. Outre les vice-présidents (deux REM, un LR, un UDI membre des « constructifs ») et les secrétaires (deux REM, un LR, un Nouvelle Gauche), Marielle de Sarnez a précisé qu’il y aurait un chef de file officiel de chaque groupe politique.