A quoi va servir maintenant Force Républicaine, le micro-parti de Fillon?

GROS SOUS Fondée en 2001, FR, qui revendique quelques milliers de membres, avait été l'un des piliers de la campagne de François Fillon, notamment sur le plan financier....

20 Minutes avec AFP

— 

François Fillon le 14 avril à Montpellier
François Fillon le 14 avril à Montpellier — LODI Franck/SIPA

Force Républicaine (FR), le micro-parti de François Fillon, réunit son Assemblée générale statutaire mardi dans la soirée. Cette rencontre sera fera en l'absence de l'ancien candidat à la présidentielle, qui cherche désormais à orienter sa carrière «dans le privé», où «plusieurs pistes» s'offrent à lui, selon ses proches.

Cette AG, «à huis clos et purement technique», a pour but notamment «d'approuver les comptes» du micro-parti et de «tracer des perspectives pour l'avenir». «FR reste un réseau d'élus» et a vocation à «devenir un centre de réflexion, qui participe à la reconstruction idéologique de la droite», a affirmé à l'AFP Vincent Chriqui, ex-directeur de campagne de François Fillon. La nouvelle gouvernance de FR sera elle choisie lors d'une autre AG, qui se tiendra en octobre, a également indiqué à l'AFP Bruno Retailleau, patron des sénateurs Les Républicains. Ce micro-parti doit bientôt s'installer dans des nouveaux locaux, rue de Villersexel, dans le VIIe arrondissement de Paris.

L'un des piliers de la campagne de François Fillon

Fondée en 2001 par l'ex-Premier ministre, FR, qui revendique quelques milliers de membres, avait été l'un des piliers de la campagne de François Fillon, notamment sur le plan financier. Le parti Les Républicains cherche à récupérer les trois millions d'euros, sur les neuf alloués au candidat, qui n'avaient pas été utilisés pendant la campagne présidentielle.

Bernard Accoyer, secrétaire général de LR, a chargé Gilles Carrez, député du Val-de-Marne et président sortant de la commission des Finances à l'Assemblée nationale, d'examiner la situation. «C'est une bonne initiative et nous prendrons en compte les conclusions» de cette mission, a affirmé Bruno Retailleau.