Un groupe La République en marche créé mardi au Sénat

PARLEMENT Le sénateur François Patriat a annoncé lundi la création d’un groupe parlementaire La République en marche (REM) au Sénat…

20 Minutes avec AFP

— 

Le Sénat, illustration
Le Sénat, illustration — LIONEL URMAN/SIPA

Cette fois, c’est fait. Ce lundi, le sénateur François Patriat, l’un des premiers soutiens d’Emmanuel Macron à la Haute Assemblée, a annoncé la création d’un groupe parlementaire La République en marche (REM) au Sénat. Il avait ainsi envoyé la semaine dernière un projet de « charte fondatrice de groupe » aux sénateurs tentés de former un groupe En Marche! au Sénat.

>> A lire aussi : Sénat: Une trentaine d'élus s'apprêtent à constituer un groupe En marche!

« Je vous invite demain, ce mardi à partir de 9h45, à une conférence de presse annonçant la création du groupe sénatorial La République en marche », a écrit dans un communiqué l’ancien ministre socialiste, qui avait plaidé pour la formation d’un groupe macroniste au Sénat « au plus tôt ».

Quels effectifs ?

Le groupe est ouvert « à tous ceux » qui « souhaitent porter les valeurs, les principes et les propositions » d’Emmanuel Macron, avait précisé le sénateur de Côte-d’Or en s’adressant à des sénateurs PS, LR, centristes, radicaux et écologistes. La grande interrogation porte sur l’effectif du groupe. Il faut dix parlementaires pour créer un groupe au Sénat. La semaine dernière, il semblait qu’une trentaine de sénateurs étaient prêts à répondre à l’appel de Patriat.

>> A lire aussi : Législatives: La République en marche triomphe, ses concurrents coulent

Le groupe PS actuellement tiraillé entre ceux qui veulent suivre François Patriat et créer un groupe LREM, ceux qui, comme le président du groupe Didier Guillaume, souhaitent être dans la majorité présidentielle en gardant leurs spécificités, et les autres qui prônent l’opposition au gouvernement, tiendra de son côté une réunion mardi à 11h00. Elle devrait lui permettre de « prendre des décisions sur notre positionnement », avait dit Didier Guillaume.

Par ailleurs, le groupe LREM aura la possibilité de s’étoffer lors du renouvellement par moitié du Sénat le 24 septembre.

La République en marche présentera ses propres listes à ce scrutin qui renouvellera les sièges des élus des départements allant de l’Indre-et-Loire aux Pyrénées-Orientales, ceux de l’Ile-de-France, de la Guadeloupe, la Martinique, la Réunion, la Nouvelle-Calédonie, Saint-Pierre-et-Miquelon, et six sièges de sénateurs des Français hors de France, soit 170 sièges sur 348.