Ségolène Royal et François Bayrou lors des funérailles d'Aimé Césaire, à Fort-de-France le 20 avril 2008.
Ségolène Royal et François Bayrou lors des funérailles d'Aimé Césaire, à Fort-de-France le 20 avril 2008. — PATRICK HERTZOG / POOL / AFP

POLITIQUE

François Bayrou? Un «macho» «dans les vieux codes», balance Ségolène Royal

L’ex-candidate socialiste à la présidentielle de 2007 évoque la « grosse faute politique » du président du MoDem, qui avait refusé de conclure un accord après le premier tour…

François Bayrou n'est pas épargné après sa démission. Revenu au gouvernement après une longue traversée du désert, le président du MoDem a finalement quitté l’exécutif mercredi dernier après l’ouverture d’une enquête préliminaire visant son parti, pour ne pas « exposer » le chef de l’Etat et le gouvernement à « une campagne mensongère », a-t-il expliqué. Le départ de l’éphémère garde des Sceaux, dont le dernier passage dans un ministère (l’Education) remontait à 25 ans, a été abondamment commenté. Y compris par Ségolène Royal, qui en profite pour lui glisser un petit tacle au niveau de la carotide.

>> A lire aussi : Ségolène Royal, bientôt animatrice sur LCI?

Citée dimanche dans un portrait du maire de Pau sur Franceinfo, la candidate socialiste de la présidentielle de 2007 ne mâche pas ses mots au sujet de celui à qui elle avait proposé une alliance pendant l’entre-deux tours, et le poste de Premier ministre si elle était élue. Le centriste avait refusé tout accord.

>> A lire aussi : Trois questions pour comprendre les nouvelles révélations sur le MoDem

« Sa grosse faute politique, c’est 2007, estime rétrospectivement Ségolène Royal. Il est passé à côté, c’était sans doute trop innovant pour lui, il était dans les vieux codes. » Avant d’accuser son ancien adversaire de sexisme : « Comme tous ces machos, balance-t-elle, ça devait le perturber d’être le numéro deux d’une femme. »