Débandade au PS: Benoît Hamon à la «Gay Pride» en plein conseil national

PREFERENCE Benoît Hamon se concentre sur la création de son nouveau mouvement, qu'il revendique transpartisan...

Laure Gamaury

— 

Benoît Hamon, le 23 avril 2017, jour de son élimination à la présidentielle 2017.
Benoît Hamon, le 23 avril 2017, jour de son élimination à la présidentielle 2017. — MARTIN BUREAU / AFP

Visiblement, pour lui, le PS c’est de l’histoire ancienne. Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste, désigné à la primaire de gauche, pour la présidentielle, et défait dès le 1er tour, n’a cure de l’avenir de son parti. En effet, ce samedi, alors que les pontes de Solférino sont réunis pour voter a priori leur appartenance à l’opposition à la majorité présidentielle, l’ex-candidat préfère défiler à la marche des fiertés.

Dans un tweet, il rappelle ainsi l’un de ses thèmes de campagne : l’accès à la PMA pour toutes les femmes, et pas seulement celles mariées à des hommes. En effet, l’une des revendications du cortège, à l’occasion de la quarantième édition de la Gay Pride à Paris, est d’accorder aussi l' accès à la PMA pour les homosexuelles et les femmes célibataires.

>> A lire aussi : Présidentielle: PMA, GPA, mariage pour tous... Que veulent Macron et Le Pen pour les familles?

Lancement de son mouvement imminent

Pour Benoît Hamon donc, il est temps de s’affirmer loin du carcan du PS. Il doit d’ailleurs lancer son mouvement transpartisan « pour reconstruire une gauche inventive, qui dépassera les étiquettes politiques », le 1er juillet sur la pelouse de Reuilly à Paris.

Malgré les appels du pied de Jean-Christophe Cambadélis, et notamment ce samedi matin dans Libération, où il exhorte l’ex-candidat socialiste à participer à la refondation du parti historique : « Hamon peut apporter sa pierre (…) Mais exclure d’emblée le PS serait une erreur ».

>> A lire aussi : Résultats législatives: Un scrutin historique résumé en 10 chiffres