Quand Emmanuel Macron rédige une préface la nuit de son élection

POLITIQUE La nuit de son élection, Emmanuel Macron a fêté sa victoire ... en rédigeant une préface

Martin Guimier

— 

Emmanuel Macron, ministre de l'économie, dans son bureau à Bercy
Emmanuel Macron, ministre de l'économie, dans son bureau à Bercy — MEIGNEUX/SIPA

Chacun sa façon de célèbrer la victoire. Certains vont au restaurant avec des amis, d’autres aiment aller danser, Emmanuel Macron lui… rédige une préface. C’est ce que rapporte Le Parisien dans son édition de ce vendredi : trop excité pour dormir après l’annonce de son élection, le nouveau président de la république se met à écrire la préface de la biographie de Jean-Paul Huchon, C’était Rocard (édition De l’Archipel).

Un texte de trois pages, rédigé entre 2 et 3 heures du matin. Emmanuel Macron y encense l’ancien Premier ministre, saluant son « effort constant pour tendre vers l’harmonie, pour mettre l’action, son action au service d’une vie meilleure, au service de ses valeurs ».

>> A lire aussi : VIDEO. Une prof de français handicapée lance un appel à Emmanuel Macron

Insomniaque Emmanuel Macron

C’est donc par l’écriture qu’Emmanuel Macron tente de combattre l’insomnie. L’ex-Premier ministre Manuel Valls s’était déjà étonné du caractère insomniaque de celui qui était alors ministre de l’Economie. En février 2015, Le Point rapporte l’échange entre Manuel Valls et Claude Bartolone, le premier s’exclamant à propos d’Emmanuel Macron : « Mais il est dingue, il m’envoie des SMS à 4h12 ! »

L’Express dévoilait également à la même période que François Hollande et Bruno Le Roux s’amusaient à comparer les heures d’envoi des messages envoyés par Emmanuel Macron. Tout ça pour déterminer le nombre d’heures de sommeil que s’accordait alors le ministre de l’Economie. Et selon eux, cela avoisinait les trois heures par nuit.

Si, en tant que président désormais, le nombre d’heures de sommeil d’Emmanuel Macron n’a pas dû augmenter, pas sûr en revanche qu’il ait encore le temps de beaucoup écrire. Quoique…