Remaniement: Qui est Jean-Baptiste Lemoyne, valeur montante de la génération Macron, et désormais secrétaire d'Etat?

GOUVERNEMENT Il est le seul parlementaire LR à avoir soutenu ouvertement Emmanuel Macron avant le premier tour de la présidentielle...

20 Minutes avec AFP

— 

Jean-Baptiste Lemoyne, nouveau membre du gouverment d'Edouard Philippe.
Jean-Baptiste Lemoyne, nouveau membre du gouverment d'Edouard Philippe. — JOEL SAGET / AFP

Il voit son audace récompensée. Jean-Baptiste Lemoyne, seul parlementaire LR à avoir soutenu ouvertement Emmanuel Macron avant le premier tour de la présidentielle, est depuis mercredi soir secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Europe et des voit son audace récompensée Affaires étrangères.

>> Suivez en direct les réactions au nouveau gouvernement

«Je n'ai pas le sentiment d'avoir trahi quoi que ce soit», raconte-t-il. «Aux primaires de la droite, j'ai soutenu Alain Juppé en pensant qu'il fallait un président fédérateur». «Et François Fillon, ce n'était plus possible» après les affaires. Aussi quand ce dernier invite, au Trocadéro, les partisans d'un plan B «à faire leur examen de conscience», il étudie le projet d'Emmanuel Macron. «Je me dis alors qu'il peut avoir des convergences sur les questions économiques, sociales, et même régaliennes, avec le centre droit auquel j'appartiens».

>> A lire aussi: Un gouvernement avec plus de femmes, moins de MoDem, et surtout plus de macronistes

Cavalier seul

Ce n'est pas la première fois que Jean-Baptiste Lemoyne, 39 ans, fait cavalier seul. En 2014, son parti lui refuse l'investiture à la sénatoriale dans l'Yonne, d'où est originaire sa famille, en raison de sa proximité avec Jean-François Copé dont il a été collaborateur.

«Contre cette injustice, je me présente avec un projet de moralisation et de transparence de la vie politique, en cohérence avec la démarche actuelle de Macron», dit-il. Résultat: «j'ai été élu contre les partis et je suis arrivé en tête du scrutin».

Au Sénat dont il est l'un des benjamins, il s'apparente au groupe UMP, qui deviendra LR «pour garder ma liberté de ton et de parole et pouvoir assumer mes votes», dit-il. Il appartient à la commission des Affaires sociales où ce fils de militaire est rapporteur pour avis des crédits Anciens combattants et armée. Surtout, en tant que co-rapporteur de la loi travail, c'est lui qui défend la position de la commission sur l'article 2 du texte, «le coeur de la loi», dit-il, qui donne la prééminence aux accords d'entreprise sur les accords de branche et nationaux.

Recruté dans l'équipe de Copé

«Ca a été une belle expérience, très formatrice sur un texte lourd politiquement et lourd techniquement», explique-t-il. Engagé dès 1996 au Parti républicain, qui deviendra Démocratie libérale, il se présente aux municipales à Paris en 2001, et devient conseiller d'opposition. L'année suivante, il est recruté dans l'équipe de Jean-François Copé, à l'époque secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement. Il le suit quand il est nommé ministre délégué à l'Intérieur, puis au Budget où il est son attaché parlementaire jusqu'en 2007.

Quand Jean-François Copé devient président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Jean-Baptiste Lemoyne devient alors secrétaire général délégué du groupe, un poste où il reste sept ans, d'abord avec Jean-François Copé, puis avec son successeur Christian Jacob, jusqu'à son entrée au Sénat. Marié, Jean-Baptiste Lemoyne a deux enfants.