VIDEO. Affaire Ferrand: Un député LREM compare le «retour de la morale» au «début de la charia»

VERBATIM Joachim Son-Forget, député de la 6e circonscription des Français de l’étranger (Suisse et Lichtenstein) était interrogé ce jeudi sur l'affaire Ferrand...

L.C. avec AFP

— 

Le député LREM Joachim Son-Forget sur le plateau de RMC, le 22 juin 2017.
Le député LREM Joachim Son-Forget sur le plateau de RMC, le 22 juin 2017. — Capture d'écran / RMC

Interrogé ce jeudi sur l’affaire qui touche l’ancien ministre de la Cohésion des territoires Richard Ferrand, un nouveau député de La République en marche (LREM) a eu une réponse très commentée sur les réseaux sociaux. Invité dans l’émission de Jean-Jacques Bourdin sur RMC, Joachim Son-Forget, député de la 6e circonscription des Français de l’étranger (Suisse et Lichtenstein), a estimé qu'« on ne doit pas avoir un retour de la morale, parce que ça c’est le début de la charia ».

>> A lire aussi : Démissions au gouvernement: De la «jurisprudence Balladur» à l'«ère du soupçon»?

Morale et politique

Voici in extenso sa déclaration au micro de RMC : « Je crois qu’il y a eu beaucoup d’éléments de débat qui montrent que d’une part, vous avez la loi, vous avez aussi une éthique personnelle et vous avez eu cette idée un peu passagère que la morale pourrait être au-dessus de la loi et de l’éthique, etc. Donc ça amène un débat philosophique un peu complexe. Je crois qu’on ne doit pas avoir un retour de la morale, parce que ça c’est le début de la charia. Excusez-moi, je fais un peu des grands mots mais….»

Le député relance ici un vieux débat philosophique sur la distinction entre morale et politique, mais sa référence à la loi islamique a généré de nombreux commentaires de la part des auditeurs. Il a par la suite nuancé son premier propos, estimant qu'« il apparaît clairement que parmi la jeune génération de parlementaires qui viennent d’arriver, il y a des comportements - moi je ne sais pas les détails complets de cette histoire, elle ne m’intéresse pas tout à fait -, il y a des éléments où on se dit : "Bon, certaines choses peuvent être légales mais moi, est-ce que j’aurais fait ça ? Pas vraiment" ».

>> A lire aussi : Ferrand quitte le gouvernement: La stratégie de Macron pour faire taire les critiques

Ferrand président de groupe ? Le député souhaite avoir « le choix »

Relancé par Jean-Jacques Bourdin qui lui a demandé s’il voterait pour Richard Ferrand à la présidence du groupe LREM à l’Assemblée, Joachim Son-Forget a éludé : « Reste à voir qui on nous présente, parce qu’on entend une candidature, mais qui nous dit qu’il n’y en aura pas d’autres ». Il a souhaité d’autres candidatures que celle de Richard Ferrand à la présidence du groupe LREM à l’Assemblée, soulignant qu'« avoir le choix ce sont les bases de la démocratie ».

« Je pense qu’il n’y aura pas d’autre candidat pour la présidence du groupe samedi matin », a déclaré de son côté sur franceinfo ce jeudi François de Rugy, ex-écologiste réélu député sous la bannière de La République en marche.

La candidature de Richard Ferrand est critiquée par ses adversaires politiques qui accusent Emmanuel Macron de l’avoir « exfiltré » du gouvernement pour l'« installer » comme président du groupe LREM à l’Assemblée par « acte d’autorité ».