Remaniement: Cinq nouveaux ministres et cinq nouveaux secrétaires d’Etat font leur entrée au gouvernement

POLITIQUE Revivez avec nous les événements de la journée avant l'annonce du nouveau gouvernement Philippe...

La rédaction de 20 Minutes

— 

Le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler.
Le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler. — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

L'ESSENTIEL : 

  • Le Premier ministre Edouard Philippe a été chargé par Emmanuel Macron de former un nouveau gouvernement
  • Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires du premier gouvernement Philippe, a été contraint de démissionner par le président

A LIRE AUSSI : 

>> Malgré leurs casseroles, ces députés En marche! sont dans la place

 

21h30: Ce live est désormais terminé

20h55: Cinq nouveaux ministres et cinq nouveaux secrétaires d'Etat font leur entrée au gouvernement

Cinq nouveaux ministres ont fait leur entrée dans le gouvernement Philippe 2 : Nicole Belloubet, nommée à la Justice, Florence Parly aux Armées, Nathalie Loiseau aux Affaires européennes, Jacqueline Gourault au ministère de l'Intérieur, Stéphane Travert à l'Agriculture.

Et les cinq nouveaux secrétaires d'Etat sont Sébastien Lecornu (LR) et Brune Poirson (REM), nommés auprès du ministre de la Transition écologique, Jean-Baptiste Lemoyne (LR), auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Geneviève Darrieussecq (MoDem), auprès de la ministre des Armées, Julien Denormandie auprès du ministre de la Cohésion des Territoires et Benjamin Griveaux, auprès du ministre de l'Economie et des Finances.

20h50: Plusieurs secrétaires d’Etat sans attribution particulière

Plusieurs secrétaires d’Etat n’ont pas d’attribution particulière, mais sont simplement rattachés à un ministère. C’est le cas de :

- Sébastien Lecornu et Brune Poirson, secrétaires d’Etat auprès du ministre chargé de la Transition écologique.

-Jean Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires européennes.

- Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’Etat auprès du ministre des Armées.

- Julien Denormandie, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires.

- Benjamin Griveaux, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des finances.

20h45: «Un gouvernement d’action, rajeuni et motivé», selon Castaner

« Un gouvernement d’action, rajeuni et motivé. Au boulot pour la France ! », a tweeté le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner.

 

20h35: Passation de pouvoir entre Marielle de Sarnez et Nathalie Loiseau

Au Quai d’Orsay, Marielle de Sarnez a déjà passé le relais à Nathalie Loiseau, qui reprend le portefeuille des Affaires européennes.

 

20h30: «Confirmation du caractère droitier et ENArchique du gouvernement», selon Cambadélis

« Confirmation du caractère droitier et ENArchique du gouvernement. Après avoir renoncé au MoDem, on renonce à la société civile », a commenté sur Twitter l’ex-premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis.

 

20h20: «La vieille politique est déjà de retour», estime Florian Philippot

Après l’annonce du nouveau gouvernement, Florian Philippot, le vice-président du Front national a déclaré sur Twitter : «Remaniement large forcé par les affaires, gouvernement désormais pléthorique : la vieille politique est déjà de retour».

 

20h12: Un exécutif qui «s’inscrit dans le même esprit que le premier gouvernement», indique Edouard Philippe

Invité du 20 heures de TF1 quelques minutes après l’annonce du remaniement gouvernemental, le premier ministre a vanté un exécutif qui « s’inscrit dans le même esprit que le premier gouvernement : parité homme-femme, des membres de la société civile, le souci de renouvellement avec des nouveaux visages, des personnalités très jeunes et une équipe resserrée. »

20h10: Des passations de pouvoir dès ce mercredi soir

Ce mercredi soir, dès 20h15, Richard Ferrand transmettra ses pouvoirs à Jacques Mézard et Julien Denormandie. A 20h45, Goulard donnera les siens à 20h45 à Florence Parly. Jeudi matin à 9h15, Jacques Mézard accueillera le nouveau ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. François Bayrou transmettra lui ses pouvoirs à Nicole Belloubet à 8h.

20h07: Le gouvernement est composé de 19 ministres, 11 femmes et 8 hommes

Si l’on récapitule tout, le gouvernement est désormais composé de 19 ministres : onze femmes et huit hommes et de dix secrétaires d’Etat : quatre femmes et six hommes.

 

20h05: Des «personnes de valeur» au gouvernement, selon Thierry Solère

Thierry Solère, qui a annoncé ce mercredi la constitution d’un groupe Macron-compatible à droite, se félicite de la nomination de « personnes de valeur », comme Sébastien Lecornu ou Florence Parly.

20h: Nicole Belloubet va devoir quitter le Conseil constitutionnel

Nicole Belloubet va quitter le Conseil constitutionnel dont elle était membre, pour pouvoir devenir garde des Sceaux. Le président du Sénat, Gérard Larcher, devra nommer un nouveau membre pour la remplacer.

19h55: Le parti Les Républicains «incite fortement» ses députés à rester dans leur famille politique

« La création d’un nouveau groupe dissident, en soutien au gouvernement, constitue une grave mise en cause des engagements pris devant les électeurs », a affirmé ce mercredi soir le secrétaire général des Républicains, Bernard Accoyer, lors d’un bureau politique du parti. Selon lui, « l’inscription au sein d’un autre groupe que celui des Républicains vaudrait mise à distance de notre famille politique. Il ne s’agit pas de faire de procès à qui que ce soit, mais nous incitons fortement nos amis à rester au sein du groupe des Républicains »

19h50 : Voici la liste complète des secrétaires d’Etat du nouveau gouvernement

- Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les Femmes et les Hommes.
- Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat chargé du numérique.
- Sébastien Lecornu et Brune Poirson, secrétaires d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire.
- Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe.
- Julien Denormandie, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires.

- Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées.
- Benjamin Griveaux, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances.
- Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’Etat auprès du ministre des Armées.
- Christophe Castaner, secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement.

19h45 : Voici la liste complète des ministres du nouveau gouvernement

- Gérard Collomb, ministre d’État, ministre de l’Intérieur.
- Nicolas Hulot, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et Solidaire.
Nicole Belloubet, garde des Sceaux, ministre de la Justice.
- Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.
- Florence Parly, ministre des Armées.
- Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires.
- Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé.
- Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et Finances.
- Françoise Nyssen, ministre de la Culture.
- Muriel Pénicaud, ministre du Travail.
- Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation.
- Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.
- Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics.
- Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’innovation.
- Annick Girardin, ministre des Outre-mers.
- Nathalie Loiseau, ministre auprès du ministre de l’Europe chargée des Affaires européennes.
- Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre d’État, ministre de l’Intérieur
- Laura Flessel, ministre des Sports.
- Élisabeth Borne, ministre auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, chargée des Transports.

19h40: Deux fidèles de Macron font leur entrée au gouvernement

Deux chevilles ouvrières LREM de la campagne d’Emmanuel Macron, Julien Denormandie et Benjamin Griveaux, qui vient d’être élu député de Paris, entrent aussi au gouvernement.

19h37: Brune Poirson (LREM) nommée secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition énergétique

Brune Poirson obtient un poste de secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition énergétique après avoir remporté son siège de députée dans l’ancienne circonscription de Marion Maréchal-Le Pen, dans le Vaucluse.

19h33: Deux nouvelles recrues venant de la droite

Sébastien Lecornu, très proche de Bruno Le Maire, et Jean-Baptiste Lemoyne, sénateur LR, l’un des premiers à rallier Emmanuel Macron pendant la campagne, sont nommés secrétaires d’Etat.

19h30: Laura Flessel aux Sports, pas aux Transports

Une petite erreur s’est glissée au sujet de Laura Flessel après l’annonce du gouvernement. Le secrétaire général de l’Elysée a annoncé l’ancienne escrimeuse au ministère « des Transports ». Elle reste bien ministre des Sports.

19h29: Deux élues du MoDem font leur entrée au gouvernement

Deux personnalités du MoDem font leur entrée au gouvernement : Geneviève Darrieussecq, élue dimanche dans les Landes, et Jacqueline Gourault, sénatrice très proche de François Bayrou.

19h28: Le Conseil des ministres se tiendra jeudi à 10h

 

19h27: Jacques Mézard remplace Richard Ferrand à la Cohésion des Territoires

Laissé vacant par Richard Ferrand, le portefeuille de la Cohésion des territoires est repris par Jacques Mézart, qui était jusqu’à présent ministre de l’Agriculture. Il est remplacé à ce poste par Stéphane Travers, un ancien socialiste, député de la Manche.

19h26: Benjamin Griveaux est nommé secrétaire d'Etat

Benjamin Griveaux est nommé secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, Bruno Le Maire.

 

19h25: Nathalie Loiseau est nommée ministre des Affaires européennes

Après la démission de Marielle de Sarnez, Nathalie Loiseau, directrice de l'Ecole nationale d'administration (ENA) depuis 2012, est nommée ministre des Affaires européennes. 

 

19h20: Nicole Belloubet nommée ministre de la Justice et Florence Parly, ministre des Armées

Le secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, a annoncé sur le perron de l’Elysée la liste des nouveaux membres du gouvernement. Parmi les nouveaux entrants, Florence Parly est nommée ministre des Armées, prenant la place de Sylvie Goulard, qui a démissionné. Nicole Belloubet est quant à elle nommée ministre de la Justice, à la place de François Bayrou.

Gérard collomb, Nicolas Hulot, Jean-Michel Blanquer notamment sont reconduits à leurs postes.

18h55: La composition du nouveau gouvernement sera annoncée à 19h15

Initialement prévue à 18h, l’annonce de la composition du nouveau gouvernement est reportée à 19h15.

18h20: Retard dans l’annonce du remaniement gouvernemental

Scène cocasse. En attendant l’annonce de la composition du gouvernement initialement prévu à 18h, un orchestre invité à l’occasion de la Fête de la musique, a joué le thème du film Mission : impossible dans la cour de l’Elysée.

 

18h10: Falorni veut un groupe de centre gauche à l’Assemblée

Le député DVG Olivier Falorni souhaite la création d’un groupe de centre-gauche à l’Assemblée, qui ferait pendant vis-à-vis de la République en marche au centre droit incarné par le Modem, a-t-il affirmé ce mercredi. La République en marche « a une aile de centre droit, le MoDem, je pense que pour l’équilibre il serait bien qu’il y ait une aile de centre-gauche qui pourrait être dans la continuité du groupe des radicaux », a déclaré le député, réélu largement dimanche en Charente-Maritime face à une candidate MoDem avec 69 % des voix.

18h: Est-on passé de la «jurisprudence Balladur» à «l'ère du soupçon» ?

Les quatre ministres qui ont annoncé leur départ du gouvernement ne sont pas mis en examen mais ils ont choisi de partir. 20 Minutes revient sur ce que l'on appelle la «jurisprudence Balladur». 

 

17h50: Pendant ce temps, dans la cour de l'Elysée

Le concert de la Fête de la musique chasse le remaniement, qui était annoncé d'ici ce mercredi à 18 heures...

 

17h44: La conférence de presse de Bayrou est terminée, les premières réactions politiques affluent

«C'est un discours digne et responsable», dit le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement Christophe Castaner.

 

>> VIDEO. François Bayrou s'explique 

 

17h39: Qui aurait lancé la calomnie? «Il y a un but poursuivi», affirme Bayrou

«Probablement il y a but qui est poursuivi», dit-il. «Celui qu'il l'a fait, c'est cela à qui cela profite», ajoute François Bayrou en traduisant une locution latine, se plaçant dans une position de victime de lettres anonymes calomnieuses. 

17h34: «Tous ceux (du Modem) qui sont ici dans cette salle sont exemplaires»

François Bayrou assure de la «probité» des membres du Modem, qualifiés de «représentants d'exemplarité» 

L'exemplarité ne doit-elle pas prévaloir pour les presidences de groupe parlementaire ? «Je sais que ce souhait est exaucé», ajoute-t-il.

17h27: François Bayrou a proposé sa démission à Emmanuel Macron il y a 15 jours ou 3 semaines 

Un président qui «a été magnifiquement à la hauteur de ses fonctions ces premières semaines», selon François Bayrou.

Interrogé sur la présence de ministres Modem dans le nouveau gouvernement: «Je pense que ce serait logique» , répond Bayrou, même s'il n'est pas affirmatif, renvoyant la balle au président. 

17h17: François Bayrou: «Je choisis de ne pas exposer le gouvernement à une campagne mensongère» 

«Je choisis la liberté de parole et de jugement (...) je choisis de ne pas exposer le gouvernement à une campagne mensongère et le président de la République que je soutiens», dit Bayrou qui se dit la cible de «dénonciateurs professionnels» et de «sycophantes» (un sycophante est, dans l'Athènes antique, un délateur professionnel).

«L'élection d'Emmanuel Macron est une chance pour notre pays, pour l'Europe et pour l'équilibre du monde. Il a besoin d'une majorité large (...) à deux piliers (...) Chacun des deux piliers a sa pierre à apporter», évoque Bayrou à propos de l'Assemblée. 

Emmanuel Macron est «à la hauteur de la fonction» et «je serai aux côtés du président de la République, pour l'aider, le soutenir, fidèle à une entente politique, personnelle», dit-il. «Je vais retrouver mes fonctions de maire de Pau, une ville magique, avec des concitoyens exigeants et affectueux», conclut François Bayrou.

17h11 : François Bayrou s’exprime depuis le siège du Mouvement démocrate

« Le choix que j’ai fait de ne pas participer au prochain gouvernement », commence François Bayrou, qui évoque le travail pour lancer sa loi de moralisation politique.

« Une campagne s’est développée à base de dénonciations anonymes pour accuser le Modem d’emplois fictifs. Nous n’avons jamais eu d’emplois fictifs [au Modem]. » « Je n’ai aucun doute que j’étais la véritable cible » de cette campagne de dénigrement, estime François Bayrou, qui tient les fiches de paies pour la justice.

François Bayrou estime qu’en tant que ministre de la Justice, il n’était pas en mesure de se défendre dans une vie politique violente : « La seule personne en France qui ne puisse pas se défendre est le ministre de la Justice. Le seul obligé de se taire. »

« Je n’accepte pas d’être condamné au silence quand l’honneur de ceux que je représente est en jeu. » « Je n’accepte pas de vivre sans liberté de parole », dit-il, ajoutant vouloir se défendre.

François Bayrou passe ensuite à la dénonciation des calomnies. « La dénonciation du voisin qui vous gêne ou qui vous jalouse est entrée dans une nouvelle époque (…) car la dénonciation fait désormais système avec les réseaux sociaux, avec la presse. La justice lorsqu’elle découvre ces éléments est obligée de se saisir. L’ouverture d’une enquête est dès lors présentée comme une pré-condamnation et la machine folle se met en route »

17h04: Un peu de retard pour la conférence de presse de François Bayrou, ministre sortant...

Le ministre a invité la presse à 17h pour s'expliquer son son départ. Un peu plus tôt dans la journée, il a souligné que «ce n'est pas une démission»...

16h50: Marielle de Sarnez à l'Assemblée nationale pour une réunion du Modem

La ministre sortante (Modem) Marielle de Sarnez a publié un message sur Twitter, précisant qu'elle participait à une réunion de groupe du Modem. Deviendra-t-elle cheffe du groupe des députés Modem, comme elle le souhaiterait?

 

16h42: Une association de députées propose un accompagnement pour les nouvelles élues

Les nouvelles députées se sont vues, à leur arrivée à l'Assemblée, proposer un accompagnement par «l'Association des anciennes députées», a déclaré mercredi l'une de ses fondatrices, Catherine Coutelle. Cette socialiste préside la délégation aux droits des femmes de l'Assemblée sortante. Dans un courrier remis par l'Assemblée aux nouvelles arrivantes, l'association d'une trentaine de membres leur propose «d'échanger (...) autour de nos activités et de l'accompagnement que nous proposons aux députées nouvellement élues». Selon Catherine Coutelle, 16 députées ont déjà rencontré l'association, surtout des élues de La République en marche (REM), le groupe qui compte la part la plus importante de femmes dans ses rangs avec 47% d'élues, devant La France Insoumise (LFI - 41%).

16h20: Les communistes auront un groupe indépendant de France insoumise à l'Assemblée, annonce André Chassaigne

Les députés PCF auront, grâce à l'apport d'élus ultramarins, leur propre groupe à l'Assemblée nationale. Ils ne rejoindront donc pas celui de La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, a annoncé mercredi André Chassaigne, président sortant des députés du Front de gauche. «Nous avons effectivement 15 députés en mesure de créer, de prolonger le groupe de la Gauche démocrate et républicaine» de la précédente législature, avec 11 députés communistes, ainsi que 4 ultramarins qui ont été réélus, a déclaré le député PCF du Puy-de-Dôme lors d'une conférence de presse au Palais Bourbon. Les communistes «n'opposent pas ce groupe aux Insoumis», a souligné le député, dont l'inimitié avec le candidat à la présidentielle est notoire et qui a affronté une candidate LFI au premier tour.

16h00 : Selon Christian Jacob, le nouveau groupe des « constructifs » LR-UDI est un « marchepied » pour entrer au gouvernement

Réélu mercredi à la tête des députés LR, Christian Jacob a critiqué le nouveau groupe parlementaire autonome des « constructifs », estimant que c’est un « marchepied » pour tenter d’entrer au gouvernement d’Edouard Philippe.

« Les supplétifs d’En Marche se sont regroupés. C’est un choix individuel. En revanche, la maison est ouverte, nous avons toujours été dans cet état d’esprit », a ajouté Christian Jacob à l’Assemblée nationale. Il a ajouté exclure toute sanction.

15h40: Le Premier ministre Edouard Philippe au 20h de TF1

Le locataire de Matignon y viendra faire l'explication de texte du nouveau gouvernement...

15h38 : Qui pour remplacer François Bayrou, Sylvie Goulard, Richard Ferrand et Marielle de Sarnez ?

Le grand jeu de l’après-midi consiste à essayer de savoir quelles nouvelles têtes pourraient intégrer le nouveau gouvernement qui doit être annoncé à 18h à l’Elysée. Et certains messages d’élus laissent songeur par leur signification sibylline…. Comme ce tweet d’Arnaud Danjean (Les Républicains), député européen spécialiste des questions de défense, qui est interprété par plusieurs internautes comme l'annonce d'une prochaine nomination...

Quant au député MoDem Michel Fanget, il a assuré à la presse qu'il y aurait d'autres membres du parti présidé par François Bayrou dans le gouvernement...

 

15h30: L’annonce du gouvernement se déroulera-t-elle, comme d'habitude, sur le perron de l'Elysée?

Spoil: non. Si vous voulez en savoir plus, il faudra cliquer sur le lien de l'article ci-dessous

>> Remaniement: L’annonce pourrait se dérouler ailleurs que sur le perron de l’Elysée

 

14h30: Sa sortie du gouvernement? «Ce n'est pas une démission» dit François Bayrou à la presse

Interrogé par plusieurs médias ce mercredi midi, le ministre de la Justice a eu une réponse laconique. Sa sortie du gouvernement? «Ce n'est pas une démission c'est simplement que je ne serai pas membre du prochain gouvernement», a dit François Bayrou. Ce qui pourrait laisser penser à un choix contraint... Réponse à 17h lors de la conférence de presse du ministre sortant.

 

13h25: Le député LR Daniel Fasquelle « indigné » par le retour à l’Assemblée de Ferrand et De Sarnez

Le député LR Daniel Fasquelle s’est indigné des nominations annoncées de Richard Ferrand et de Marielle de Sarnez à la tête des groupes parlementaires LREM et MoDem, un « manque de respect pour notre institution », selon lui.

 

13h15: Les deux candidats à la présidence du groupe PS prônent une abstention sur le vote de confiance

Olivier Faure et Delphine Batho s’affronteront pour la présidence des députés PS à l’Assemblée nationale. Tous deux ont annoncé qu’ils préconisaient l’abstention lors du vote de confiance le 4 juillet.

 

12h50: Christian Jacob réélu président du groupe LR de l’Assemblée

Christian Jacob a été réélu ce mercredi président du groupe Les Républicains de l’Assemblée nationale, par 62 voix contre 32 à l’autre candidat, Damien Abad. Le député-maire de Provins (Seine-et-Marne), âgé de 57 ans et à la tête du groupe (ex-UMP) depuis l’automne 2010, a obtenu quasiment deux tiers des suffrages, le reste allant au député de l’Ain de 37 ans, un des anciens porte-parole de la campagne présidentielle de François Fillon.

12h30: Les démissions de Bayrou et Sarnez continuent à faire réagir au PS...

De nombreuses réactions continuent de pleuvoir après l'annonce des démissions des ministres François Bayrou, Marielle de Sarnez, après celles de Sylvie Goulard et de Richard Ferrand. Et pas seulement à droite: Florilège sur Twitter:

«Un paravent de l'hyper décomposition ?», s'interroge le Premier secrétaire du PS sortant Jean-Christophe Cambadélis...

Matthias Fekl, ancien ministre (PS) de l'Intérieur, évoque une «inquiétante légèreté pour le choix des postes clés» au gouvernement...

Luc Carvounas, député PS du Val-de-Marne, souhaite bien du courage à Macron pour avoir une majorité à l'Assemblée après la sortie des ministres Modem «Top le Premier Gouvernement» 

 

12h23: Marseille: Un candidat LR battu aux législatives prépare un recours, il conteste... un apéro

Battu au premier tour dans la 5e circonscription des Bouches-du-Rhône, Yves Moraine va déposer un recours pour contester l’élection de la candidate LREM Cathy Racon-Bouzon. Son argument : l’organisation par la France insoumise d’un concert et d’un apéritif festif le samedi 10 juin, à la veille du premier tour. Une « réunion publique organisée hors campagne », selon Yves Moraine. L'histoire est à découvrir ci-dessous

>> A lire: Marseille: Un candidat LR battu aux législatives prépare un recours, il conteste... un apéro

 

12h16: Christian Estrosi (LR) appelle « à la raison » ceux qui « ont fait perdre » les législatives à la droite

La droite à couteaux tirés? Le maire de Nice Christian Estrosi veut sortir le calumet de la paix. L'ex-président de la région PACA a affirmé mercredi qu’il se rendrait au bureau politique du parti Les Républicains pour prôner « la voie de l’apaisement » et « appeler à la raison » les membres du parti qui « ont fait perdre les élections législatives » à la droite. Sur LCI, il a précisé qu'« il y a ceux qui ont envie de réduire notre famille politique » dans une «opposition franche » à la majorité, « et il y a ceux qui ont envie d’aller sur la voie de l’apaisement ». « Je serai de ceux-là », a affirmé le maire de Nice.

12h06: Pendant ce temps, le ministre Le Drian est en Russie

Le remaniement gouvernemental, le boulet du soupçon concernant des emplois fictifs présumés d'assistants parlementaires Modem? Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères se veut trèèèèèèèèèèès loin de tout cela. Il est en Russie pour rencontrer son homologue russe Sergueï Lavrov pour parler terrorisme, comme l'annonce le ministère russe des Affaires étrangères sur Twitter. 

 

11h53: Le député Thierry Solère (LR) et Jean-Christophe Lagarde (UDI) annoncent un nouveau groupe commun «Les Républicains constructifs/UDI»

Le nom du groupe de droite autonome «macron-compatible» à l'Assemblée a désormais un nom qui a été dévoilé par le député LR Thierry Solère, au côté du président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde: «Les Républicains constructifs/UDI». Le terme «Les constructifs» avaient été évoqués depuis quelques jours, mais le nouveau terme évoque la présence d'élus centristes de l'UDI dans ce groupe parlementaire disctinct des groupes majoritaires LR et UDI...

Ce groupe rassemble jusqu'alors une vingtaine de députés LR et 18 UDI et sera entériné mardi prochain. «J'ai réuni des parlementaires Les Républicains, une vingtaine a acté l'envie de créer ce groupe» baptisé «Les Républicains constructifs UDI indépendants», pour «accompagner les réformes qui vont dans le bon sens, s'opposer quand il le faudra» à la politique d'Emmanuel Macron, a déclaré Thierry Solère lors d'une conférence de presse. Pour Jean-Christophe Lagarde, selon lequel «18 parlementaires» UDI ont déjà la «volonté de construire un groupe le plus large possible», ce groupe peut devenir «la troisième force politique de l'Assemblée». 

 

 

>> VIDEO. Que se passe-t-il dans la tête d’un nouveau député à l'Assemblée nationale? La réponse ci-dessous...

 

11h30: Emmanuel Macron «jette» François Bayrou «comme un vieux torchon», selon Marine Le Pen

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a jugé mercredi qu'Emmanuel Macron «jetait» François Bayrou «comme un vieux torchon». La députée du Pas-de-Calais s'exprimait à la presse peu avant son entrée à l'Assemblée nationale avec les autres élus FN. «Je pense qu'Emmanuel Macron s'est servi de François Bayrou pendant la campagne présidentielle et, maintenant qu'il a une majorité sans le MoDem, il le jette comme un vieux torchon. C'est très révélateur de l'esprit du président de la République», a-t-elle tranché.

>> VIDEO. Affaire des assistants parlementaires européens: Le MoDem quitte le gouvernement

 

11h15: Pour Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), «Macron et sa majorité n'ont plus la légitimité de gouverner»

Le député de l'Essonne Nicolas Dupont-Aignan estime ce mercredi que la démission des ministres Modem «révèle qu’Emmanuel Macron et sa majorité ont été élus sur des mensonges. Ils n’ont plus la légitimité de gouverner.» La démission de François Bayrou «symbolise l’échec total des débuts du quinquennat Macron. Le "renouveau" et la "République exemplaire" prônés par le président de la République s’avèrent en réalité n’être que des artifices de marketing électoral», écrit le président du mouvement Debout la France dans un communiqué.

11h: Gilbert Collard traite de «droite prostitutionnelle» les élus Les Républicains qui vont former un groupe parlementaire autonome

Pas avare du style ordurier, Gilbert Collard, député RBM réélu dans le Gard, a qualifié de «droite prostitutionnelle» les élus Les Républicains qui vont former un groupe autonome «macron-compatible» distinct du groupe parlementaire LR. Le commentaire de l'élu qui est venu avec les députés Front national (re)découvrir l'Assemblée nationale ce mercredi matin, a été saisi par un journaliste de Radio Classique sur Twitter.

 

10h20: Les démissions des ministres représentent «une véritable Bérézina» pour Macron qui «agit contraint et forcé», estime Florian Philippot (FN)​​

«J'ai le sentiment que ce qui devait être au départ un simple remaniement technique, classique au lendemain des législatives se transforme en véritable Bérézina pour ce gouvernement et pour Emmanuel Macron lui-même», a réagi Florian Philippot, vice-président du FN, sur franceinfo. «En réalité, Emmanuel Macron agit contraint et forcé», a ajouté le frontiste. Pour le député européen, «il reste Muriel Pénicaud dans ce gouvernement qui à mon avis ne pourra pas rester puisqu'elle est elle-même citée dans l'affaire des appels d'offre de Havas». L'enquête sur l'organisation d'un déplacement d'Emmanuel Macron, alors ministre, à Las Vegas en janvier 2016 s'est accélérée mardi avec une série de perquisitions au siège du groupe Havas et de l'agence Business France, accusée de favoritisme dans cette affaire et dirigée à l'époque par l'actuelle ministre du Travail.

9h50: Un membre du parti Les Républicains trolle ses camarades sur «les affaires»

Dans les médias et sur Twitter, plusieurs élus Les Républicains raillent les démissions des ministres François Bayrou, Marielle de Sarnez et Sylvie Goulard du Modem, ainsi que celle du macroniste Richard Ferrand, au nom «des affaires». Le député LR des Alpes-Maritimes Eric Ciotti a ainsi dénoncé ce mardi sur France 2 «cinq ministres concernés par des affaires sorties en février». 

Quant à Laurent Wauquiez, le président de la région Auvergne Rhône-Alpes a déploré ce matin qu'«un quart du gouvernement qui tombe pour des affaires». 

Des commentaires qui ont visiblement énervé Gilles Boyer, ancien directeur de campagne d'Alain Juppé à la primaire à droite, candidat LR battu dans la 8e circonscription des Hauts-de-Seine aux législatives. Le juppéiste balance ce mardi matin sur Twitter: «Nous, membres de LR, sommes bien peu qualifiés pour donner des leçons en matière d'affaires.» CQFD

 

9h30: Pendant ce temps, Marc-Philippe Daubresse daube sur les «constructifs», le futur groupe parlementaire Les Républicains «macron-compatible»

Entre deux tweets à lhumour parfois en-dessous de la ceinture sur la démission de François Bayrou et le remaniement gouvernemental, l'ancien ministre (Les Républicains) Marc-Philippe Daubresse clashe les députés Les Républicains qui veulent former un groupe autonome bienveillant à l'égard du gouvernement, nommé «les constructifs» et mené par les députés Thierry Solère, Laure de la Raudière et Franck Riester. Ce groupe, en cours de formation, suscite les critiques de plusieurs membres du parti Les Républicains clairement opposés au gouvernement.

>> A lire: Les Républicains: Des députés souhaitent former «Les constructifs», un groupe autonome macron-compatible

 

9h29 : Le gouvernement Philippe 2 sera bien annoncé d'ici 18h

Malgré la série de démissions majeures qui frappe le gouvernement, l'objectif est maintenu d'annoncer le gouvernement Philippe 2 d'ici 18h00, ont indiqué conjointement à l'AFP l'Elysée et Matignon.

9h20 : Edouard Philippe « prend acte » et « respecte » la décision de ses ministres

9h08 : Un « scandale politique » et « une crise gouvernementale majeure », selon Wauquiez

« Un quart du gouvernement qui tombe » : « c’est une crise gouvernementale majeure et un scandale politique », a jugé Laurent Wauquiez sur RMC et BFMTV. « Le soupçon va se déplacer du gouvernement à la majorité présidentielle à l’Assemblée », a estimé le vice-président des Républicains (LR). « Ne mettez pas deux personnages entachés par des affaires comme présidents de groupe à l’Assemblée nationale. Toute la politique française en subirait les conséquences », a lancé le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes à l’adresse d’Emmanuel Macron.

9h03 : Ces trois départs (Goulard, Bayrou et de Sarnez) marquent-ils la disparition du MoDem au sein du gouvernement ?

« Je ne le souhaite pas, a déclaré Castaner. Le MoDem a toute sa place dans l’engagement présidentiel. Dans la campagne électorale dans un 1er temps et aujourd’hui dans la majorité présidentielle, à l’Assemblée et au sein du gouvernement. Mais ce soir, le remaniement portera sur des noms nouveaux. Certains viendront de la gauche comme moi, d’autres de la droite comme Edouard Philippe. »

 

8h59 : Castaner ne confirme pas le départ de Sarnez mais commente un départ « logique » en solidarité avec Bayrou et Goulard

« Je ne vois pas comment aujourd’hui Marielle de Sarnez pourrait ne pas être solidaire de François Bayrou dans cette volonté, dans cet accompagnement, dans la défense sur cette affaire », a analysé Christophe Castaner après l’annonce du départ de la ministre des Affaires européennes.

8h54 : Edouard Philippe et François Bayrou ont échangé « longuement » mardi matin, « il y avait déjà une part de doute »

Edouard Philippe avait indiqué hier que François Bayrou « avait vocation » à rester au gouvernement. « Il y avait déjà une part de doute », a souligné ce mercredi le porte-parole du gouvernement, précisant que le Premier ministre et le Garde des Sceaux s’étaient entretenus par téléphone mardi matin. « Je ne suis pas dans le secret de leur discussion. Il ne m’appartient pas de commenter une chose à laquelle je n’ai pas assisté », a-t-il encore déclaré.

8h48 : « Un choix personnel », qui « simplifie la situation », estime le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner

« Face à la tourmente, il y a un choix personnel. C’est le choix annoncé par François Bayrou. Je respecte ce choix personnel. Il souhaite se défendre dans ce dossier, se donner les moyens de le faire, dont acte », a fait savoir Christophe Castaner au micro d’Europe 1.

« Je ne vais pas être langue de bois, ça simplifie la situation », a-t-il ajouté.

Pour rappel François Bayrou, ministre de la Justice, est impliqué dans le dossier des assistants parlementaires européens du MoDem.

8h45 : La démission de François Bayrou ? Pour Corinne Lepage, « c’est tout à son honneur »

« Je trouve que c’est une réaction tout à fait digne », a réagi Corinne Lepage, ancienne députée européenne, au micro d’Europe 1. « C’est tout à son honneur de faire cela. Il le fait parce qu’il pense que c’est bien pour les thèses qu’il défend, que c’est bien pour le président de la République qu’il a contribué à élire. C’est une attitude éthique, il n’était pas obligé de le faire juridiquement », a-t-elle commenté.

8h40 : Plus aucun membre du MoDem au gouvernement

François Bayrou, ministre de la Justice, et Marielle de Sarnez, ministre des Affaires européennes, ont présenté ce mercredi matin leur démission du gouvernement.

Le maire de Pau a fait savoir qu’il tiendra une conférence de presse à 17h00 pour s’en expliquer.

Marielle de Sarnez, elle, prendra la tête du groupe MoDem à l’Assemblée nationale, a annoncé mercredi matin à l’AFP une source MoDem.

Au total, après Sylvie Goulard mardi, ce sont les trois ministres issus du MoDem qui quittent le gouvernement. La question de la participation du parti centriste - qui fait l’objet d’une enquête sur l’emploi de ses assistants parlementaires européens - dans le nouveau gouvernement Philippe, n’était pas encore tranchée mercredi matin, selon cette source MoDem

8h35 : Bonjour et bienvenue sur ce live politique

Nouvelle journée chargée en actualité politique ce mercredi, alors que le Premier ministre a jusqu'à 18h pour annoncer son nouveau gouvernement.