Antiterrorisme: La «task force» d'Emmanuel Macron publiée au «Journal officiel»

NOMINATIONS La création d'un Centre national de contre-terrorisme (CNCT) et d'un coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme ont été actées ce jeudi...

20 Minutes avec AFP

— 

La police sécurise les Champs-Elysées théâtre d'un attentat terroriste le 20 avril 2017.
La police sécurise les Champs-Elysées théâtre d'un attentat terroriste le 20 avril 2017. — THOMAS SAMSON / AFP

C’était l’une des promesses de campagne d’Emmanuel Macron. La création d’un CNTC, destiné à améliorer la coopération entre les services de renseignement français pour « favoriser le partage d’informations et l’efficacité de l’action, notamment face à la menace terroriste », a été validé par décret.

« Le Centre national de contre-terrorisme appartient à la coordination nationale du renseignement et de lutte contre le terrorisme. Il est chargé de l’analyse de la menace et de la stratégie de lutte contre le terrorisme », précise le texte. Le CNCT est directement rattaché à l’Elysée et aura à sa tête un coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme.

La France a été visée par de multiples attentats djihadistes qui ont fait 239 morts

Il devrait être dirigé par Pierre de Bousquet de Florian, ex-numéro 1 de la Direction de la surveillance du territoire (DST) sous Jacques Chirac (2002-2007). Ce dernier sera chargé de « l’analyse globale de la menace et propose sur cette base au Président de la République les orientations du renseignement et de la lutte contre le terrorisme, et les priorités d’actions coordonnées, que celui-ci fixe aux services ». Il aura également pour mission de coordonner et développer les « initiatives prises par la France en matière de coopération européenne et internationale » dans le domaine du renseignement et de la lutte contre le terrorisme.

>> A lire aussi : Emmanuel Macron annonce un «plan d'action» avec Londres pour lutter contre le terrorisme

Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait régulièrement mis en avant la création d’un état-major permanent des opérations de sécurité intérieure, de renseignement et de lutte contre le terrorisme ainsi que d’une « task force » contre Daech. Depuis 2015, la France a été visée par de multiples attentats djihadistes qui ont fait 239 morts.