VIDEO. Moralisation politique: Un chantier qui a débuté il y a bien longtemps

TRANSPARENCE Si c’est l’un des grands chantiers du tout nouveau président, le débat a été lancé par Michel Rocard en 1988… 

Aurélie Bazzara

— 

Aux côtés d'Emmanuel Macron, François Bayrou est souriant, le 12 avril 2017, à Pau.
Aux côtés d'Emmanuel Macron, François Bayrou est souriant, le 12 avril 2017, à Pau. — Dominique JACOVIDES / POOL / AFP

La démarche est symbolique. Le garde des Sceaux doit présenter ce mercredi le projet de loi sur la moralisation de la vie publique. Objectif : « Redonner confiance en la vie démocratique. » Le texte prévoit notamment la création d’une « banque de la démocratie » qui pourra prêter de l’argent aux partis politiques.

Si c’est l’un des grands chantiers de ce quinquennat, cette question de la moralisation des règles parlementaires et institutionnelles n’est pas nouvelle. Le 9 novembre 1987, l’ancien Premier ministre Michel Rocard avait débattu de cette nécessité d’adopter une loi sur le financement des partis politiques.

À son tour, François Hollande, secoué par l’affaire Cahuzac, avait annoncé l’adoption d’une loi sur « la transparence de la vie politique » en 2013. Dans cette nouvelle mesure, les élus sont tenus de fournir à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique leur déclaration de patrimoine. Et les récalcitrants étaient nombreux dans l’hémicycle.