VIDEO. Brigitte Macron évoque les premiers pas de son époux à l'Elysée et estime que «personne n'est parfait»

ELYSEE Elle a notamment reconnu que le Président avait commis une erreur en faisant une blague douteuse sur les «kwassa-kwassa»…

H. B.

— 

Le président Emmanuel Macron et sa femme Brigitte ont quitté leur maison au Touquet pour aller voter dimanche 11 juin 2017.
Le président Emmanuel Macron et sa femme Brigitte ont quitté leur maison au Touquet pour aller voter dimanche 11 juin 2017. — AFP

« Nobody’s perfect ! ». C’est par ces mots que Brigitte Macron a commenté ce mardi soir dans l’émission Quotidien les premiers pas de son époux à l’Elysée. Interrogée au Touquet par le journaliste de l’émission de TMC, la Première dame a livré son avis sur les premières semaines de mandat présidentiel de son mari Emmanuel Macron. Et elle a reconnu que le président avait commis une erreur en faisant une blague douteuse sur les « kwassa-kwassa ».

« Nobody’s perfect, personne n’est parfait », a estimé la Première Dame. Début juin, lors d’un déplacement en Bretagne, Emmanuel Macron avait plaisanté au sujet des kwassa-kwassa, ces embarcations de fortune sur lesquelles meurent de nombreux migrants comoriens lorsqu’ils tentent de rejoindre le département français de Mayotte.

« Je ne sais pas si jupitérien est un mot qui parle beaucoup aux gens »

Mais lors de cette brève interview, la Première dame a surtout fait l’éloge de son époux. « Je suis contente de voir comment les gens accueillent son élection, surtout ceux qui n’ont pas voté pour lui. Ils se sont rendu compte qu’il était le président de tous les Français. Et ça lui tient particulièrement à cœur », a-t-elle déclaré.

>> A lire aussi : Emmanuel Macron veut être un «président jupitérien», mais ça veut dire quoi?

Egalement interrogée sur une « une » de magazine consacrée au Président, Brigitte Macron a donné son avis sur la présidence « jupitérienne » de son mari. « Je suis une adepte de Jupiter, mais je suis très contente qu’il ne se conduise pas comme Jupiter », a-t-elle ironisé, en faisant référence au caractère volage du dieu grec. « Mais je ne sais pas si jupitérien est un mot qui parle beaucoup aux gens », a conclu la Première dame.