VIDEO. Emplois fictifs au MoDem: François Bayrou aurait fait pression sur Radio France

PRESSION Selon Mediapart, François Bayrou, a téléphoné à la Maison de la Radio pour se plaindre d’une enquête encore non diffusée sur les finances de son mouvement…

M. F

— 

Le président du MoDem François Bayrou
Le président du MoDem François Bayrou — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Mercredi 7 juin, François Bayrou a téléphoné en personne au directeur de la cellule investigation de Radio France, relate Mediapart. Le ministre de la justice et président du MoDem, se serait plaint, avec des propos « assez menaçants » d’une enquête, encore non diffusée, sur les contrats de travail des salariés et des assistants parlementaires de sa formation politique.

>>À lire aussi: Modem: Quatre questions pour comprendre les soupçons d'emplois fictifs pour des assistants parlementaires européens

Selon le directeur Jacques Monin, François Bayrou lui aurait déclaré : « Des gens de chez vous sont en train de téléphoner à des salariés du MoDem, de les harceler de manière inquisitrice, et de jeter le soupçon sur leur probité. C’est inacceptable. Avec mes avocats, nous sommes en train d’étudier d’éventuelles plaintes pour harcèlement. » Le directeur lui indique alors que le harcèlement étant un délit pénal, ses propos peuvent être interprétés « comme une pression malvenue ».

Ce n’est pas le ministre de la justice ni le président du MoDem qui a appelé, c’est le citoyen.

Malgré l’intervention de François Bayrou, l’enquête a finalement été diffusée à l’antenne deux jours plus tard. Ce dernier a déclaré à Mediapart que ses salariés avaient vécu cela comme du harcèlement. « Ce n’est pas une menace, ni de l’intimidation. J’ai seulement dit que je trouvais cela choquant. »

Interrogé sur le fait de savoir s’il n’est pas inapproprié pour un ministre de faire pression sur les radios d’information de service public, François Bayrou a répondu : « Ce n’est pas le ministre de la Justice ni le président du MoDem qui a appelé, c’est le citoyen, simplement pour protéger ces jeunes femmes. Je défends des gens que je connais bien. »