«Make our planet great again!»: Les coulisses du coup de com' de Macron

DIPLOMATIE Qui est l'auteur de la réplique d'Emmanuel Macron à Donald Trump?...

M.B.

— 

Le président français s'exprime après l'annonce du retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat, le 1er juin 2017.
Le président français s'exprime après l'annonce du retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat, le 1er juin 2017. — Capture d'écran Elysée

Une opération qui a fait mouche. La réponse cash en français puis en anglais d'Emmanuel Macron à la décision de Donald Trump de se retirer de l’accord de Paris en détournant le fameux slogan de Donald Trump « Make America Great Again » en « Make our Planet Great Again » a non seulement fait le tour du Web anglophone, mais a aussi permis au post du président de battre le record français de retweets détenu par Cyril Hanouna et ses 121.000 partages…

>> A lire aussi: «Make our planet great again», Macron se paie Trump en anglais

Cette réplique virale est loin d’avoir été improvisée. D’après Le Figaro, elle a même été compliquée à monter car jusqu’au dernier moment, l’Elysée ne savait pas qu’elle serait la décison de Donald Trrump même si la sortie de lAaccord de Paris figurait dans le programme du président américain. « On a préparé plusieurs options », a indiqué une source gouvernementale. Avant de lancer sa réplique, Emmanuel Macron s’est assuré d’avoir un créneau pour échanger avec le locataire de la Maison Blanche après son discours.

« Ça claque »

Selon un proche du chef de l’Etat contacté par Le Parisien, c’est Emmanuel Macron qui est l’auteur du désormais fameux « Make our Planet Great Again ». Mais interrogé à ce sujet par Le Figaro, l’Elysée répond : « Secret de fabrication ». « Même les équipes un peu proches n’étaient pas au courant, quelques minutes avant l’intervention. Quand on l’a entendu, on s’est tous dit : ça claque », a indiqué au Parisien un responsable de la République en marche. Et pour laisser tout l’espace médiatique au président, des consignes ont été passées « aux ministres pour qu’aucun d’entre eux ne s’exprime » après l’annonce de Donald Trump, indique Le Figaro. Résultat, « le ministre de l’Environnement Nicolas Hulot ne répondra aux interviews que le lendemain. »

>> A lire aussi: Pourquoi l'accord de Paris va survivre au retrait américain