Affaire Ferrand: Macron estime que la presse ne doit pas « devenir juge »

REACTION Le ministre est toujours soutenu par l’exécutif…

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron lors de son arrivée au sommet de l'Otan, à Bruxelles, le 25 mai 2017.
Emmanuel Macron lors de son arrivée au sommet de l'Otan, à Bruxelles, le 25 mai 2017. — Emmanuel DUNAND / AFP

Emmanuel Macron a appelé au cours du Conseil des ministres le gouvernement à la « solidarité » et à la « responsabilité », estimant aussi que la presse ne doit « pas devenir juge », a indiqué ce mercredi le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner.

En réaction à la polémique atteignant le ministre Richard Ferrand, le président a tenu à « appeler à la solidarité, la responsabilité ». « Les choses ne vont pas forcément bien quand la presse devient juge », a-t-il ajouté, estimant que « dans une société démocratique chacun doit être à sa place ».

>> A lire aussi : Pour une majorité de Français, Ferrand et Sarnez doivent démissionner

Plus tôt dans la journée, au micro de France Inter, Richard Ferrand, visé par des soupçons de favoritisme mais toujours soutenu par l’exécutif, a une nouvelle fois exclu de démissionner, martelant qu’il n’est « pas mis en cause par la justice ».