Non, une ex-candidate NPA aux législatives n'a pas fait un doigt d'honneur sur la tombe de de Gaulle

DESINTOX Une fausse info largement relayée par l'extrême-droite  

Mathilde Cousin

— 

Le post qui vise Fadila El Miri, à gauche, et la tombe de de Gaulle, à droite.
Le post qui vise Fadila El Miri, à gauche, et la tombe de de Gaulle, à droite. — Capture d'écran Facebook et FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
  • Fadila El Miri se retrouve attaquée par des sites proches de l'extrême-droite.
  • La militante n'est pas candidate aux législatives.
  • Elle nie avoir fait un doigt d'honneur devant un monument en hommage au général.

« J’ai reçu 300 messages de menaces de mort et d’insultes. Je vais porter plainte pour diffamation. » Depuis la parution de notes sur les sites « la gauche m’a tuer » et « riposte laïque », Fadila El Miri se retrouve harcelée sur internet. La militante marseillaise d’extrême gauche est accusée d’avoir fait un doigt d’honneur sur la tombe du général de Gaulle. A grands renforts d'arrangement avec la vérité.

DESINTOX

La photo qui est publiée sur ces sites et sur les réseaux sociaux ne montre pas la tombe du général, mais une stèle en l’honneur de l’ancien président de la République à Toulouse.

La stèle en hommage à de Gaulle, à Toulouse.
La stèle en hommage à de Gaulle, à Toulouse. - Capture d'écran Google Maps
La tombe du général de Gaulle, à Colombey-les-Deux-Eglises.
La tombe du général de Gaulle, à Colombey-les-Deux-Eglises. - FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

 

Seconde intox : Fadila El Miri est présentée comme étant candidate aux législatives. Pour preuve, ces sites montrent une affiche de campagne de la jeune femme. Mais cette affiche date de 2012. A l’époque, la Marseillaise était suppléante et se présentait sous l’étiquette NPA. Cette année, Fadila El Miri n’est pas candidate aux législatives. « Je ne suis plus au NPA depuis quelque temps », précise-t-elle.

Montage

Quid de la photo ? Montre-t-elle vraiment Fadila El Miri faisant un doigt d’honneur devant un monument en hommage à de Gaulle ? « Sur la photo, c’est bien moi. La photo date de juillet 2016, elle n’a rien à voir avec les événements de ce week-end. Mais il y a eu un montage en mettant la stèle du général de Gaulle derrière », affirme la Marseillaise.

La jeune femme ne renie pas le geste : « Sur Facebook, on publie pas mal de photos sur lesquelles on fait des doigts. On les publie sur des comptes privés. » Quand la jeune femme publie ces photos, elle met des références en-dessous. Il lui arrive de faire référence à de Gaulle et notamment à « son discours du 2 mars 56 (Fadila El Miri fait ici allusion à des propos du général qui auraient été tenus le 5 mars 59 dans un cadre privé). »

35 000 partages

Comment cette image est-elle devenue virale ? Elle semble être apparue pour la première fois sur Twitter le 25 mai, sur le compte d’une personne se présentant comme étant adhérente au Front national. Elle est ensuite reprise sur plusieurs sites proches de l’extrême droite. Un post de la page Facebook « la gauche m’a tuer » continue de viraliser l'affaire: deux jours après sa publication, il a  été partagé plus de 35 000 fois.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.