VIDEO. Affaire Ferrand: L’avocat à l'origine de l'opération immobilière «choqué» par la procédure

SCANDALE Le ministre de la Cohésion des territoires est au cœur de ce qui pourrait ressembler à une affaire concernant un achat immobilier…

O. G.

— 

Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires à l'Elysée.
Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires à l'Elysée. — AFP

Un « non événement ». C’est ainsi que Richard Ferrand, actuel ministre de la Cohésion des territoires et proche d’Emmanuel Macron avait balayé la semaine dernière les accusations du Canard Enchaîné.

L’hebdomadaire avait sorti mercredi dernier une nouvelle affaire concernant un « petit arrangement familial » immobilier du porte-parole d’En Marche ! Mais ce lundi matin, Le Parisien publie le témoignage de l’avocat à l’origine de l’opération immobilière. Des révélations qui pourraient relancer la polémique ?

>> A lire aussi: Malgré la polémique, le ministre Richard Ferrand affirme qu’il ne démissionnera pas

L’avocat « choqué » par l’opération

Dans le quotidien, l’ancien bâtonnier de Brest, spécialisé dans les recouvrements de créances, Me Alain Castel, « dit avoir été "choqué" à l’époque par l’opération et dénonce un "enfumage" de la part de l’actuel ministre de la Cohésion des territoires. » En cause ? Un montage immobilier pas évident à comprendre… En 2010, Richard Ferrand, alors à la tête des Mutuelles de Bretagne, achète des locaux en son nom propre, « avec une condition suspensive : la conclusion d’un bail commercial avec une SCI devant substituer Richard Ferrand et les Mutuelles de Bretagne », précise Le Parisien. Pour ensuite que ces locaux soient loués par la SCI de la compagne de l’actuel ministre.

Problème : selon cet avocat, « Richard Ferrand allait louer l’immeuble à la mutuelle et il allait s’enrichir avec tous les travaux à la charge de celle-ci ». Et Alain Castel d’ajouter : « La vraie question, c’est pourquoi Richard Ferrand n’a pas fait acheter l’immeuble par la mutuelle. C’était l’intérêt de celle-ci. Elle faisait un prêt, engageait des travaux et se retrouvait quinze ans plus tard propriétaire d’un bien largement fructifié. Or là, c’est la compagne de Richard Ferrand qui se retrouve dans cette position. C’est un schéma moins éthique. »

>> A lire aussi: Qui est Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires?

Y aura-t-il une affaire Ferrand ?

Dans son article, Le Canard enchaîné précise que cette opération est « totalement légale ». Tout en soulignant que le procès-verbal de la réunion du conseil d’administration de la mutuelle, le 25 janvier 2011, ne mentionne pas que la gérante de la Saca était la compagne de Richard Ferrand.

Le Parquet national financier (PNF) a indiqué la semaine dernière qu’il ne se saisirait pas du dossier. Mais pour cet avocat, la justice devrait examiner l’affaire de plus près… Avec une question centrale : si tout a été en règle, Richard Ferrand a dû demander à un commissaire aux comptes de rédiger un rapport spécial, ensuite transmis à l’assemblée générale de la mutuelle pour qu’elle décide de donner ou non son autorisation. Pour l’heure, aucun rapport n’a été évoqué. « S’il y en a eu un, il n’y a plus d’affaire Ferrand », tranche l’avocat.