François Baroin estime que la position de Richard Ferrand «va très vite devenir intenable»

LEGISLATIVES Le chef de file des Républicains pour les législatives pense que le gouvernement doit prendre ses responsabilités après les révélations du Canard Enchaîné visant le ministre...

avec AFP

— 

Richard Ferrand, secrétaire général de La République en marche, le 11 mai 2017 à Paris.
Richard Ferrand, secrétaire général de La République en marche, le 11 mai 2017 à Paris. — Eric Feferberg/AP/SIPA

Attention, terrain glissant. Interviewé dans le Parisien de ce matin, François Baroin a commenté l'affaire Ferrand qui a animé l'actualité du week-end. «La défense du ministre et du Premier ministre donne l'impression qu'ils sont déjà sur un toboggan», assure le chef de file du parti LR pour la campagne législative.

>> A lire aussi : Malgré la polémique, le ministre Richard Ferrand affirme qu’il ne démissionnera pas

Commentant les révélations du Canard enchaîné concernant une affaire immobilière impliquant la compagne de Richard Ferrand, et l'embauche de son fils comme collaborateur parlementaire, il a estimé que la position du ministre de la Cohésion des territoires allait «très vite devenir intenable». «A chaque fois qu'[Edouard Philippe et Richard Ferrand] s'expriment, c'est un peu plus d'huile donnant de la vitesse à la descente», a-t-il ajouté.

Pourtant vendredi, le parquet de Brest avait annoncé, au terme d'«une analyse juridique», qu'il n'ouvrirait pas d'enquête. «Je suis attaché au respect de la présomption d'innocence», a précisé François Baroin, par ailleurs avocat, qui pense «que le plus sûr moyen de lever tous les soupçons serait que la justice fasse mouvement».

Attention aux «retours de flamme»

«C'est à Richard Ferrand d'apprécier s'il peut résister à la pression médiatique et aux interrogations des électeurs tout en restant ministre. C'est aussi au gouvernement de prendre ses responsabilités en clarifiant sa situation», a précisé le sénateur-maire de Troyes après avoir commenté la nomination de François Bayrou comme Garde des Sceaux : «C'est une personnalité qui, par son comportement au cours des dix dernières années, permet aux électeurs de droite et du centre de mieux comprendre que ce gouvernement penche à gauche! J'ajoute le gouvernement se trompe en voulant instrumentaliser ces sujets [la moralisation de la vie publique] et s'expose à des retours de flamme.»

De son côté, le Premier ministre avait renouvelé vendredi sa «confiance» à Richard Ferrand, considérant que les électeurs de la 6e circonscription du Finistère où il se présente seraient «le juge de paix» pour le ministre de la République en marche.