Mélenchon annonce sa convocation chez un juge pour diffamation envers la Société générale

JUSTICE Le candidat aux législatives à Marseille a pris les devants pour l’annoncer lui-même…

Manon Aublanc avec AFP

— 

Jean-Luc Mélenchon en conférence de presse pour soutenir les candidats de la France insoumise dans le nord, à Lille, le 23 mai 2017.
Jean-Luc Mélenchon en conférence de presse pour soutenir les candidats de la France insoumise dans le nord, à Lille, le 23 mai 2017. — FRANCOIS LO PRESTI / AFP

Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France insoumise (LFI) aux élections législatives à Marseille, a annoncé ce mercredi dans un communiqué être convoqué le 26 juin par un juge à la suite d’une plainte de la Société Générale pour diffamation.

L’ex-candidat à la présidentielle dit être poursuivi en diffamation par la banque « pour avoir pointé sa responsabilité dans le scandale d’évasion fiscale des Panama Papers il y a un an ». « J’avais alors qualifié ses dirigeants de "menteurs" et demandé qu’ils soient châtiés pour avoir menti devant une commission d’enquête parlementaire », précise-t-il.

>> A lire aussi : VIDEO. Législatives: Pourquoi Mélenchon préfère affronter le PS plutôt que le FN à Marseille

Mélenchon en profite pour s’attaquer à la « finance de Macron » et à Marine Le Pen

Soulignant que sa convocation « tombe en pleine campagne des législatives », Jean-Luc Mélenchon estime qu'« en votant le 11 juin pour les candidats de La France insoumise, les Français voteront pour mettre au pas la finance et éradiquer la fraude et l’évasion fiscales ». « La finance pense que la présidence Macron crée un environnement favorable pour organiser la chasse à ses opposants. Je me place donc sous la protection des électeurs », dit le candidat.

Il informe « qu’il se rendra à la convocation 26 juin comme n’importe quel citoyen le fait en pareil cas sauf madame Le Pen ». Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle, avait refusé le 10 mars de se rendre à une convocation des juges en vue d’une possible inculpation dans le cadre d’un système d’emplois fictifs destiné à rémunérer certains de ses collaborateurs grâce à des fonds publics de l’UE.