Elisabeth Borne, PDG de la RATP, rejoint l'équipe gouvernementale nommée par Emmanuel Macron
Elisabeth Borne, PDG de la RATP, rejoint l'équipe gouvernementale nommée par Emmanuel Macron — FRANCOIS GUILLOT AFP

GOUVERNEMENT

VIDEO. Gouvernement: Elisabeth Borne, de la RATP au ministère des Transports

Ancienne préfète, cette femme de 56 ans a été nommée dans le gouvernement d'Edouard Philippe...

C’est une des personnalités peu connue du nouveau gouvernement annoncé ce mercredi. Sous l’autorité de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, cette femme bardée de diplômes (Ecole polytechnique, Ecole nationale des ponts et chaussées, Collège des ingénieurs) sera en charge des Transports. Un poste en phase avec ses compétences.

Long parcours dans les ministères et les entreprises publiques

Elisabeth Borne avait été la première femme à devenir préfète de la région Poitou-Charentes. Nommée sous François Hollande, elle n’y restera qu’un an. Avant de devenir jusqu’en 2014 la directrice du cabinet de Ségolène Royal au ministère de l’Ecologie, elle-même ancienne présidente de la région Poitou-Charentes. Une teinte écologique qui lui sera utile pour collaborer avec Nicolas Hulot, son ministre de tutelle. Elle a une longue expérience des ministères et du secteur public. Une carrière débutée en 1987 au ministère de l’Équipement, puis à la direction régionale de l’Équipement d’Ile-de-France.

>> A lire aussi : Gouvernement: Une parité en trompe-l’œil dans l'équipe d'Edouard Philippe

Cette polytechnicienne fut ensuite conseillère au ministère de l’Éducation nationale auprès de Jack Lang puis de Lionel Jospin, qu’elle a suivi lorsqu’il devient Premier ministre. En 2002, elle a pris la direction de la stratégie de la SNCF, avant de rejoindre la société Eiffage en 2007 en tant que directrice des concessions. De 2008 à 2013, elle a été directrice générale de l’urbanisme à la mairie de Paris.

A la tête de la RATP

Depuis mai 2015, elle dirigeait la Régie Autonome des Transports Parisiens (RATP). Dans ce cadre elle a eu à préparer la mise en concurrence en Ile-de-France pour les bus, le tramway et le métro. Elle voulait aussi miser beaucoup sur le digital et la mobilité connectée. Décrite comme « très rigide » et au management « peu inclusif », elle est louée pour sa capacité de travail. Les sujets brûlants dont elle aura à s’occuper iront de l’aéroport Notre-Dame-des-Landes à l’aménagement de la métropole du Grand Paris.