François Hollande sur l'île de Sein. Sous la pluie, encore...
François Hollande sur l'île de Sein. Sous la pluie, encore... — REVELLI-BEAUMONT

DOUCHÉ

VIDEO. François Hollande sous la pluie pendant (presque) cinq ans

Mouillé, éclaboussé, trempé, arrosé, rincé...

  • L'île de Sein, Casablanca, Berlin, Angers : François Hollande a été poursuivi, dans presque chacun de ses déplacements, par... la pluie !
  • Malgré un humour certainement forgé par l'expérience de ces cinq années passées à la tête de la France, il n'aura pas réussi à passer entre les gouttes...

Tandis que François Hollande s’apprête à passer le flambeau, difficile de ne pas retenir, parmi les souvenirs marquants de son mandat, ces nombreuses fois où il aura été douché par la pluie.

De sa cérémonie d’investiture en 2012 accompagnée des trombes d’eau, à la cérémonie du 8 mai 2017, célébrée sous une fine bruine, le mandat du président François Hollande aura été très largement arrosé.

« Je viens, il pleut »

Au point de devenir LE gimmick du chef de l’État dans chacun de ses déplacements. « Je viens, il pleut » s’était-il amusé, en 2013, à l’occasion  d’une virée à Casablanca, au Maroc. En 2014, lors d’une visite d’Angela Merkel réfugiée sous son parapluie, François Hollande se la jouait même plutôt cool : « Moi, la pluie, j’y suis habitué depuis deux ans et ça ne pose aucun problème ».

>> A lire aussi : VIDEO. Mais que fait François Hollande contre la pluie?

Qui ne se souvient pas de cette scène ubuesque sur l’île de Sein, où c’est un chef de l’État trempé jusqu’aux os, le costume dégoulinant, voyant sans doute à peine la foule au bas de l’estrade à travers ses lunettes constellées d’eau, qui avait prononcé son discours sous une pluie battante, sans sourciller. Ou lors de son déplacement en Polynésie, un collier de fleur accroché au cou tandis que la pluie venait une nouvelle fois gâcher les festivités.

Seule la cérémonie du 10 mai 2017, couverte par quelques vilains nuages en ouverture, aura su ramener le soleil au-dessus du président sortant, fier et grave en compagnie de son successeur Emmanuel Macron, bras dessus, bras dessous. En attendant la prochaine tempête ?