Corrèze: François Hollande intéressé par une maison sur les hauteurs de Tulle

IMMOBILIER Le président de la République avait émis le souhait de revenir s’installer dans son fief après son mandat…

L.Br.

— 

Le président élu et le futur ex-président réunis le 10 mai 2017 pour la commémoration de l'abolition de l'esclavage.
Le président élu et le futur ex-président réunis le 10 mai 2017 pour la commémoration de l'abolition de l'esclavage. — ric Feferberg/AP/SIPA

A partir de dimanche prochain, une nouvelle vie commence pour François Hollande. Il confiera ses pouvoirs au nouveau président élu, Emmanuel Macron et devra faire ses cartons pour déménager de l’Elysée. Sa nouvelle résidence pourrait bien se trouver à Tulle, en Corrèze. Le futur ex-chef de l’Etat a déjà visité une bâtisse.

François Hollande va-t-il revenir s’installer dans son fief de cœur, la région de Tulle, où il a été élu maire et député ? C’est ce que croit savoir la presse locale. Le président aurait déjà commencé les visites. Après avoir voté au deuxième tour, il s’est rendu sur les hauteurs de la ville pour faire un arrêt devant l’une des demeures du quartier.

>> A lire aussi : QUIZ. Passation de pouvoir: Testez vos connaissance sur le quinquennat de François Hollande

Sept pièces sur quatre niveaux

Accompagné du maire de Tulle, Bernard Combes, François Hollande a visité une demeure de 200 m² habitables, construite en 1950 sur un terrain de 7000 m² bien arboré, sept pièces sur quatre niveaux. Mise à prix : 153 700 euros. C’est l’agence Celaur Immobilier qui a confirmé l’information. La petite annonce du bien est toujours disponible sur leur site internet.

Le président a exploré la bâtisse de l’extérieur mais n’a pas pu rentrer à l’intérieur. La maison est inoccupée depuis 15 ans mais le propriétaire a affirmé qu’il était possible de la visiter, à condition de contacter directement l’agence. Le président n’a pas encore fait son choix et d’autres offres ont été repérées dans la région. Sa prochaine visite à Tulle, le 9 juin à l’occasion des cérémonies commémoratives de la Seconde Guerre mondiale, sera peut-être l’occasion de nouvelles prospections immobilières.