Polémique Mohamed Saou: La commission d'éthique d'En Marche n'a pas encore statué sur le cas du référent du Val-d'Oise

DESINTOX Une polémique est née après des propos tenus par le référent départemental du mouvement...

Mathilde Cousin

— 

Emmanuel Macron est attaqué sur ses liens avec Mohamed Saou, un des référents départementaux d'En Marche.
Emmanuel Macron est attaqué sur ses liens avec Mohamed Saou, un des référents départementaux d'En Marche. — Eric Feferberg/AP/SIPA
  • D'anciens écrits d'un référent d'En Marche ont été diffusés.
  • La commission d'éthique qui doit statuer sur le fond des propos ne s'est pas encore exprimée.
  • Des internautes pointent du doigt le lien entre Emmanuel Macron et le référent.

C’est une polémique qui n’en finit pas de poursuivre En Marche ! et Emmanuel Macron. Début avril, des publications privées de Mohamed Saou, référent départemental d’En Marche ! dans le Val-d’Oise, dans lesquelles il aurait notamment dit « ne pas être Charlie », ont été rendues publiques par Céline Pina, une ancienne élue PS. Ces publications ont été écrites avant que Mohamed Saou ne devienne référent départemental.

Cette polémique a été de nouveau évoquée mardi par Eric Ciotti, lors d’une interview sur RMC : « La lutte contre le terrorisme, c’est aussi la lutte contre le communautarisme. Quand je vois que monsieur Macron a refusé d’enlever monsieur Mohamed Saou comme référent d’En Marche… Il a dit : « je ne l’ai pas viré, c’est un type bien », même s’il a dit des trucs radicaux. » Les internautes ne sont pas en reste. Sur Facebook et Twitter, les liens entre Emmanuel Macron et Mohamed Saou sont pointés du doigt.

Lors d’une interview pour BeurFM le 14 avril, celui qui était alors candidat à la présidence de la République a voulu mettre fin à la polémique. Mais des propos tenus en marge de l’entretien sont largement relayés depuis sur les réseaux sociaux. « C’est un type très bien Mohamed et c’est pour ça que je ne l’ai pas viré », explique Emmanuel Macron au micro de la radio. Une phrase interprétée comme un soutien par certains internautes.

>> A lire aussi : Macron «entre les mains» de l'UOIF? Un «mensonge éhonté» de Le Pen pour l'organisation

Suite à cette polémique, Mohamed Saou « a accepté de se mettre en retrait de ses fonctions », a expliqué début avril Richard Ferrand, secrétaire général d’En Marche, dans un communiqué. Le référent départemental a poursuivi la campagne sur le terrain. « J’ai demandé à la commission d’éthique d’En Marche d’émettre un avis sur le fond des propos qui sont reprochés à M. Saou lorsqu’il n’était ni référent, ni même adhérent d’En Marche », précise le secrétaire général. A ce jour, la commission d’éthique n’a toujours pas émis d’avis, indique une représentante du mouvement.