Marine Le Pen «regrette profondément» le retrait de Marion Maréchal-Le Pen mais le «comprend»

REACTION Par contre, pour Jean-Marie Le Pen, c’est une « désertion »… 

Manon Aublanc avec AFP

— 

Marine Le Pen et sa nièce Marion Marechal-Le Pen pendant une conférence de presse à Paris, le 7 avril 2016.
Marine Le Pen et sa nièce Marion Marechal-Le Pen pendant une conférence de presse à Paris, le 7 avril 2016. — DOMINIQUE FAGET / AFP

Marine Le Pen, battue dimanche au second tour de la présidentielle, a dit ce mercredi « regretter profondément » le retrait de la vie politique de sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen, mais « hélas comme maman, je peux le comprendre ».

« Comme dirigeante politique, je regrette profondément la décision de Marion mais hélas, comme maman, je la comprends », a tweeté la présidente du Front national ce mercredi au matin de la publication d’une lettre dans laquelle la députée annonce renoncer à une nouvelle candidature dans le Vaucluse et à son mandat de cheffe de l’opposition FN au Conseil régional Paca. Elle précise vouloir notamment « consacrer plus de temps » à sa vie familiale.

>> A lire aussi : Marion Maréchal-Le Pen fait part de sa déception

Les ténors du Front national n’ont pas tardé à réagir 

Dans une interview accordée au Figaro, le président d’honneur du Front national, Jean-Marie Le Pen s’est exprimé durement sur le retrait de sa petite fille : « S’il n’y a pas une raison gravissime à cette décision, je considère que c’est une désertion. » « C’est une décision qui est tout à fait respectable, fondée sur des motifs privés », a affirmé au micro de RMC, Florian Philippot, le vice-président du Front national. 

Pour David Rachline, le directeur de campagne de Marine Le Pen, « c’est un choix qui est éminemment respectable ». Pour lui, Marion Maréchal-Le Pen est « quelqu’un qui a mené de beaux combats, qui a eu de beaux succès. Pour autant, il faut respecter sa décision. Chacun est libre, chacun peut évoluer », a-t-il déclaré lors de son passage sur Europe 1. Sur LCi, Gilbert Collard, en campagne pour les législatives dans le Vaucluse a commenté : « c’est un choix de vie qui devrait être respecté par tout le monde ».