Emmanuel Macron a «fait le choix» de son Premier ministre «dans sa tête»

PRESIDENTIELLE Mais s’il est élu, le candidat d’En Marche ! souhaite conserver le chef du gouvernement qu’il aura choisi « le plus longtemps possible »…

A.B. avec AFP

— 

Emmanuel Macron candidat d'En Marche! à l'élection présidentielle ici en meeting à Albi jeudi 4 mai.
Emmanuel Macron candidat d'En Marche! à l'élection présidentielle ici en meeting à Albi jeudi 4 mai. — SIPA

Emmanuel Macron a annoncé ce vendredi qu’il avait « fait le choix » de son Premier ministre « in petto » [en secret] et qu’il serait « annoncé après la passation de pouvoir » s’il est élu.

>> Suivez en direct les événements de la campagne présidentielle par ici

« C’est dans ma tête »

Interrogé sur le choix de son potentiel futur Premier ministre, le candidat d’En Marche ! a répondu sur Europe 1 : « Oui, ce choix est fait in petto ». Mais Emmanuel Macron ne le lui a pas encore annoncé, « puisque c’est dans ma tête ».

« Si je suis élu, je travaillerai sur la finalisation d’un gouvernement la semaine prochaine ». Mais le Premier ministre « sera annoncé après la passation de pouvoir. Je ne l’annoncerai pas avant », a-t-il dit, refusant de « jouer au jeu des devinettes ».

S’il est élu, son Premier ministre « sera à l’image des engagements que j’ai pris, du portrait chinois que j’ai pu faire ». Cette personne « aura une expérience dans le champ politique, les compétences pour diriger une majorité parlementaire ».

Au sujet de son allié centriste François Bayrou, Emmanuel Macron a confirmé qu’il « aura un rôle important dans le projet gouvernemental et politique ».

Garder son Premier ministre « aussi longtemps que possible »

« C’est le Premier ministre » qui mènera la campagne des législatives, a ajouté le candidat d’En Marche !. Il souhaite conserver ce chef de gouvernement « aussi longtemps que possible » car « on fait rarement confiance de manière limitée ».

Emmanuel Macron avait, début mars, indiqué avoir « plutôt » le « souhait » de nommer une femme à Matignon.

Le fondateur d’En Marche ! a par ailleurs annoncé que « toutes les investitures » pour les élections législatives « se tiendront la semaine prochaine ».

« Je n’aurai pas d’état de grâce, je ne pourrai pas présider comme on préside depuis 1958 », a par ailleurs déclaré Emmanuel Macron.