Sarkozy «n'a pas changé, on vous le dit»

REVUE DE WEB Medias et blogueurs circonspects sur la performance...

Pierre Koetschet

— 

Si la presse française a globalement vu la prestation de Nicolas Sarkozy, mardi devant la presse, comme un "show bien rodé" aussi brillant qu'offensif, elle dénonce aussi le "rideau de fumée" d'une "politique de civilisation" qui dissimule mal les "promesses non tenues".
Si la presse française a globalement vu la prestation de Nicolas Sarkozy, mardi devant la presse, comme un "show bien rodé" aussi brillant qu'offensif, elle dénonce aussi le "rideau de fumée" d'une "politique de civilisation" qui dissimule mal les "promesses non tenues". — Eric Feferberg AFP

Nicolas Sarkozy tourne-t-il en rond, enfermé dans son image de candidat perpétuel, ou bien est-il en train de dessiner les contours d'une nouvelle façon d'exercer la fonction de président de la République? La question n'est pas tranchée dans la presse et les blogs qui reviennent évidemment longuement sur la prestation du chef de l'Etat.

Dans «Libération», Laurent Joffrin, tancé par Nicolas Sarkozy en conférence de presse, prend sa revanche dans les deux colonnes de son éditorial. « Et sur le fond, comment était le «sarkoshow 2008» ? Fort bon, il faut le dire. Voilà un excellent discours de candidat à la présidence. Il mériterait de gagner l’élection…»

Un président toujours en campagne

Libération n'est pas le seul média à faire référence au 6 mai, date de la victoire de Nicolas Sarkozy, un événement toujours pas digérée ni par la presse, ni par le candidat, toujours en campagne. Même «le Parisien» s'étonne. «Le président voulait "reprendre le fil du récit collectif" commencé avec les Français le 6 mai. C'est sans doute chose faite, mais il y a parfois de quoi y perdre son latin.»

Nicolas Sarkozy a donc dérouté. Si certains se demandent si tant d'agitation n'est pas néfaste à l'action, Pascal Perrineau, directeur de recherches politiques de Sciences Po, s'interroge dans «Le Figaro» sur la «politique de civilisation» qui a charpenté le discours du chef de l'Etat: «Après des décennies de pure "politique de gestion", le président tente de faire renouer la politique avec un projet de longue durée. Et si le sarkozysme était autre chose qu'une politique de l'instant.»

Rien de nouveau

Les blogueurs sont eux aussi revenus dans le détail sur les vœux du président. Versac a fait le bilan en dix points de l'intervention de Nicolas Sarkozy: «4. Il ne répond toujours pas aux questions posées (pouvoir d'achat, institutions), comme d'habitude, mais le fait avec son talent habituel de bateleur, sur le mode "c'est quand même incroyable". Il n'a pas changé, on vous dit.»

Conclusion cinglante: «On n'aura donc rien appris. Tout ce barnum, comme d'habitude, pour pas grand chose. Un show de plus, même pas vraiment drôle. On se demande bien pourquoi les journalistes vont à ce type d'événements et en font autant de salades, quand ils sont traités avec un tel mépris.»

Travailler plus pour gagner plus

Un avis tranché, mais pas forcément représentatif. Kelblog est beaucoup plus enthousiaste: «Eh oui, Sarko ne change pas, il est convaincu qu'il faut remettre la France au travail et il a bien raison. Il s'occupe concrètement du pouvoir d'achat en détaxant les heures sup', en autorisant le rachat des RTT, peut-être bientôt la possibilité de remettre en cause les 35 heures (dans les entreprises où salariés et employeurs se mettraient d'accord pour le faire).

Au lieu de céder à la démagogie et de distribuer de l'argent qu'il n'a pas, il encourage les Français à travailler davantage pour gagner plus.»