Présidentielle: Mélenchon, le «Chavez français» vu par la presse anglo-saxonne

POLITIQUE Les analyses sont partagées entre la curiosité et la peur face à la percée du candidat de la France insoumise...

Philippe Berry

— 

Jean-Luc Mélenchon en meeting près de Châteauroux, le 2 avril 2017.
Jean-Luc Mélenchon en meeting près de Châteauroux, le 2 avril 2017. — GUILLAUME SOUVANT / AFP

Il monte, il monte, mais jusqu’où ? Alors qu’il se trouve désormais au coude-à-coude avec François Fillon derrière Marine Le Pen et Emmanuel Macron dans les sondages, Jean-Luc Mélenchon se sent pousser des ailes. Forcément, le phénomène intéresse la presse anglo-saxonne.

>> A lire aussi : Jean-Luc Mélenchon confiant quant à sa présence au second tour

Sky News se penche sur la « montée d’un maverick [franc-tireur] d’extrême gauche », décrit comme « un ancien trotskyste soutenu par le parti communiste qui admire d’Hugo Chavez et veut réduire la durée du travail à 32 heures ». Foreign Policy relève que « les socialistes sont en train de perdre face à un communiste », qui « alimente l’intense nostalgie de la gauche d’avant-garde ». « Les socialistes sont attaqués de trois directions : le centre de Macron, l’extrême gauche et l’extrême droite, qui séduit les ouvriers », analyse le site.

« Cauchemar » économique

La percée du leader de la France insoumise inquiète surtout les sites à dominance économique. Financial Review y va carrément et titre sur « le scénario cauchemar : Le Pen vs Mélenchon ». « Les investisseurs feraient face à un choix indigeste : Mme Le Pen veut ressusciter le franc. Mr Mélenchon veut un salaire maximum, une semaine de 32 heures, la retraite à 60 ans, quitter l’Otan et renégocier les traités européens. »

Selon Bloomberg, « les risques » pour l’économie « montent » avec une élection « imprévisible » et « ce fan d’Hugo Chavez et Fidel Castro ». L’article cite une note du banquier anglais Bill Blain à ses clients : en cas de second tour Mélenchon-Le Pen, « la France aurait un choix binaire entre un communisme rétrograde et un fascisme décomplexé ».

« L’esprit révolutionnaire » des Français

Bloomberg relève toutefois un paradoxe : « Comme Bernie Sanders, Mélenchon est le plus vieux des candidats mais il a une forte présence sur Internet et séduit les jeunes », notamment avec son jeu vidéo malin Fiscal Kombat.

Ce combat ne fait d’ailleurs pas peur à tout le monde. Pour le magazine American Prospect, ancré à gauche, un duel Mélenchon-Le Pen serait « un coup de tonnerre » et un signe que « l’attachement romantique à l’esprit révolutionnaire » des Français n’est pas mort. Après la prise de la Bastille, celle de l’Elysée ?