Bayonne: Marion Maréchal-Le Pen accueillie sous les huées des manifestants

FRONT NATIONAL Quelques incidents, sans gravité, ont opposé les forces de l’ordre aux manifestants anti-FN en fin de soirée…

20 Minutes avec AFP

— 

Tout au long du meeting fortement encadré par les forces de l'ordre, les manifestants étaient contenus derrière un cordon de sécurité assistés d'un camion anti-émeutes avec double canon à eau.
Tout au long du meeting fortement encadré par les forces de l'ordre, les manifestants étaient contenus derrière un cordon de sécurité assistés d'un camion anti-émeutes avec double canon à eau. — Bob Edme

Les manifestations anti-FN se multiplient. Environ 400 personnes, selon la police, 600 selon les organisateurs, ont manifesté mardi soir à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) leur opposition à la présence de Marion Maréchal-Le Pen, qui tenait une réunion publique du Front national pour l’élection présidentielle.

Le rassemblement s’est dispersé peu après 22h. Quelques incidents, sans gravité, ont opposé les forces de l’ordre aux manifestants anti-FN en fin de soirée. Tout au long du meeting fortement encadré par les forces de l’ordre, les manifestants étaient contenus derrière un cordon de sécurité, près d’un camion antiémeutes avec double canon à eau.

Fumigènes, cornes de brume, jets d’œufs, huées…

Les manifestants, soutenus par de nombreuses associations, le PCF et le parti écologiste EELV, ont accueilli les militants et sympathisants FN avec des fumigènes, cornes de brume, jets d’œufs, huées, sifflets et bruits de casseroles.

Devant l’entrée de la salle municipale Lauga, des militants du FN brandissaient des drapeaux tricolores, alors qu’en face les manifestants entonnaient le Chant des Partisans, hymne des résistants contre l’Occupation nazie et le régime de Vichy. Une manifestante anti-FN, Sonia Paton, éducatrice âgée de 44 ans, a expliqué qu’elle était « là pour dire que l’on est chez nous et que les fascistes n’ont pas leur place. Nous, on reprend de manière pacifique le slogan du FN "ici c’est chez nous" ».