«Le premier vœu que les ministres se souhaitent pour 2008: durer»

REVUE DE PRESSE Les journaux reviennent sur les rumeurs de remaniement ministériel...

Catherine Fournier

— 

Le Premier ministre François Fillon a déclaré jeudi que "les grandes transformations économiques et sociales" s'amorceront en 2008, avec pour objectif "un point de croissance supplémentaire", en présentant les voeux du gouvernement au chef de l'Etat.
Le Premier ministre François Fillon a déclaré jeudi que "les grandes transformations économiques et sociales" s'amorceront en 2008, avec pour objectif "un point de croissance supplémentaire", en présentant les voeux du gouvernement au chef de l'Etat. — Patrick Kovarik AFP

François Fillon a beau assurer qu’aucun remaniement ministériel n’est à l’ordre du jour, les rumeurs vont bon train. La presse s’en faisait largement l’écho ce jeudi matin, alors que membres du gouvernement et chef de l’Etat devaient échanger leurs vœux avant le premier Conseil des ministres de la rentrée.
 
Remaniement après les municipales?
 
Pour «Le Parisien», c’est sûr, «le premier vœu que les ministres se souhaitent pour 2008, c’est de durer». «Les ministres ne se sont pas seulement félicités de leur bonne mine, raconte «Le Monde». «Ils se sont aussi jaugés, calculant les chances de chacun de rester à son poste.» Avant Noël, Nicolas Sarkozy ne s’était pas privé de les avertir: «Soyez contents d’être au gouvernement (...) Vous ne le resterez pas tout le temps alors soyez heureux de l’être», avait-il lancé lors du dernier Conseil, selon le «Canard Enchaîné» du 2 janvier.
 
Les quotidiens tablent pour un remaniement après les municipales de mars. Des élections déterminantes pour les membres du gouvernement, dont «plus des trois quarts seront partie prenante dans la bataille électorale» rappelle «Libération». Histoire de s’assurer un point de chute en cas de remerciement, analyse le journal. Si la stratégie s’avère sans risque pour certains «vieux routiers» (André Santini, Dominique Bussereau, Xavier Darcos...), elle est à double tranchant pour certains novices de la bataille électorale comme Rachida Dati (Paris 7e) ou Christine Lagarde (12e), dont le portefeuille est déjà menacé.

Grille d'évaluation

Selon «Le Monde», le score obtenu aux municipales pèsera autant dans la balance que l’évaluation des ministres sur des «indicateurs de résultats», annoncée ce jeudi par le porte-parole du gouvernement Laurent Wauquiez.  Au total, 30 «critères chiffrés de performance» pour les 15 ministres et le Haut commissaire aux solidarités Martin Hirsch ont été retenus dans cette «grille d’évaluation» élaborée avec le cabinet en stratégie Mars&Co. Gare à ceux qui ne remplissent pas les critères. Ils pourraient bien être expulsés.