Affaire des assistants parlementaires: Un échange de courriers entre Marine Le Pen et le trésorier du FN révélé

DOCUMENTS La mise en place «d'un système frauduleux», selon le rapport des enquêteurs...

Manon Aublanc
— 
Wallerand de Saint-Just, le trésorier du Front National et Marine Le Pen en meeting à Arpajon, le 14 septembre 2015.
Wallerand de Saint-Just, le trésorier du Front National et Marine Le Pen en meeting à Arpajon, le 14 septembre 2015. — JACQUES DEMARTHON / AFP

Le Monde a publié plusieurs extraits de documents saisis par les enquêteurs au siège du FN les 17 et 20 février 2017 dans le cadre de l’affaire de ses assistants parlementaires au Parlement européen, soupçonnés de travailler, en réalité, pour le compte du parti.

Un partie de ces extraits provient d’échanges de courriers entre Wallerand de Saint-Just, le trésorier du Front National et Marine Le Pen le 16 juin 2014, trois semaines après les élections européennes, où le FN avait remporté 24 sièges. Le trésorier souligne que, « dans les années à venir », des « économies importantes » devront être réalisées « grâce au Parlement européen ».

« Un système frauduleux »

Dans ce document, Wallerand de Saint-Just expose à Marine Le Pen son inquiétude face aux grandes dépenses du parti : « Ma chère Marine, voici les comptes 2013 et une présentation un peu différente faite par moi-même. En 2013, les dépenses ont été mensuellement de 100 000 euros plus élevées que prévu », écrit-il. L’homme propose une alternative pour renflouer le portefeuille du parti : « Dans les années à venir et dans tous les cas de figure, nous ne nous en sortirons que si nous faisons des économies importantes grâce au Parlement européen et si nous obtenons des reversements supplémentaires ».

Selon le Monde, à la suite des perquisitions au siège du FN, ce serait près d’une dizaine de documents qui mentionneraient « économies dues aux députés européens » ou « économies avec Européennes ». Le rapport transmis en 2016 par les enquêteurs aux magistrats fait état de « la mise en place d’un système frauduleux, impliquant plusieurs cadres du Front national » et montrant leur « volonté de réaliser des économies grâce aux financements du Parlement européen ».

Le Front National se justifie

 

Interrogé par le Monde, Marine Le Pen a expliqué qu'« il y a eu un certain nombre d’économies car un certain nombre de cadres sont devenus députés européens ». Wallerand de Saint-Just a publié un communiqué, ce mercredi, dans lequel il justifie que le terme « économies », faisait en réalité référence aux salariés du FN élus au Parlement, dont les contrats de travail avec le parti allaient s’interrompre.


Il a également assuré que « les reversements supplémentaires » dont il parlait dans ses courriers étaient « ceux attendus des élus départementaux et régionaux dont le nombre devrait augmenter considérablement vu les enquêtes d’opinion », écrit-il dans son communiqué.