Présidentielle: Pour Eric Ciotti, l'hypothèse que François Fillon soit sur écoute est «une probabilité extrêmement forte»

PARANO Pour le député LR, en charge de la mobilisation dans la campagne du candidat de la droite François Fillon, ces écoutes constitueraient « un scandale démocratique »... 

20 Minutes avec AFP

— 

Le député Eric Ciotti
Le député Eric Ciotti — VALERY HACHE / AFP

L’hypothèse que François Fillon soit sur écoutes, évoquée samedi en petit comité par le candidat lui-même, est « une probabilité extrêmement forte », a jugé dimanche Eric Ciotti, en charge de la mobilisation dans la campagne du candidat de la droite.

Un scandale démocratique

« C’est une probabilité extrêmement forte, d’ailleurs qui peut être autorisée dans le cadre des procédures judiciaires qui sont en cours », a affirmé Eric Ciotti, interrogé par Europe 1, CNews et Les Echos. 

« Il n’y aurait pas d’illégalité juridique mais il y aurait une fois de plus un scandale démocratique », a-t-il ajouté. « C’est en gros ce qui se passe depuis deux mois où,au cœur de la campagne électorale, on a, de façon inédite sous la Ve République, l’immixtion d’une autorité judiciaire dans le cours du calendrier démocratique ».

Des soupçons lourds pèseraient sur le président selon François Fillon

En déplacement samedi dans les Pyrénées-Atlantiques, François Fillon a réaffirmé, devant quelques journalistes, que des « soupçons lourds » pesaient sur le président François Hollande sur les fuites dans la presse sur ses affaires judiciaires.

« Nous sommes en train d’identifier toutes les infractions qui sont mentionnées dans le livre Bienvenue Place Beauvau et, dans les jours qui viennent, nous rendrons publiques la liste de ces infractions et on demandera qu’une enquête soit ouverte », a-t-il ajouté.

>> A lire aussi : Fillon use de la théorie du complot, un « marqueur des extrêmes et des populistes »

« Quand j’apprends que le président de la République se fait remonter les résultats des écoutes judiciaires, ça veut dire qu’il peut potentiellement écouter un candidat à la présidentielle, qu’on est dans une situation où il est probable que je sois sur écoute », a-t-il encore accusé en aparté.