Information judiciaire ouverte contre Fillon: Silencieux en meeting, le candidat laisse ses avocats réagir

POLITIQUE Ils se disent convaincus que «l’innocence de François et Penelope Fillon sera enfin reconnue» par les trois juges saisis...

P.B.
— 
François Fillon sur son smartphone, à Maisons-Alfort, au moment de l'annonce de l'ouverture d'une information judiciaire.
François Fillon sur son smartphone, à Maisons-Alfort, au moment de l'annonce de l'ouverture d'une information judiciaire. — Patrick KOVARIK / AFP

Il a semblé apprendre la nouvelle à 20 heures, tout juste avant de prendre la parole à Maisons-Alfort. Et lors d’un discours de plus d’une heure, François Fillon n’a fait aucune allusion à l’ouverture d’une information judiciaire pour « détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, complicité et recel de ces délits et trafic d’influence », face aux soupçons d’emploi fictif de son épouse. Devant ses supporteurs, le candidat a simplement dénoncé « l’acharnement » contre lui, et a laissé ses avocats réagir.

>> Tous nos articles sur l’affaire Fillon à retrouver ici

« Très logiquement, le parquet national financier est parvenu au constat que son enquête ne pouvait se poursuivre dans sa forme actuelle. Le PNF confirme, ce faisant, qu’il n’a pas pu démontrer la réalité des infractions poursuivies », estiment les avocats du couple Fillon, qui se disent convaincus que « l’innocence de François et Penelope Fillon sera enfin reconnue. »

« Ecœurant », selon Philippe Poutou

Du côté des soutiens du candidat LR, c’était le grand silence, vendredi soir. En revanche, certains de ses adversaires ont réagi. Sur BFMTV, Philippe Poutou, le candidat du NPA, a mis François Fillon et Marine Le Pen dans le même panier, jugeant que « tout le pognon dans ce système est écœurant ». « Ne leur laissons pas le pouvoir », ajoute-t-il sur Twitter.

L'ancienne ministre socialiste de la Culture, Aurélie Filippetti, elle, dégaine une bonne punchline sur Twitter: «François Fillon ne discute plus qu'avec les juges d'instruction quand poursuit son dialogue avec les Français.»