Affaire Denis Baupin: Certaines de ses accusatrices posent à visage découvert

HARCELEMENT Un cliché pour dénoncer les violences faites aux femmes…

C. Ape.

— 

Le député Denis Baupin
Le député Denis Baupin — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Après avoir pris la parole, elles ont décidé de prendre la pose. Les 14 femmes qui accusent Denis Baupin de harcèlement sexuel ont posé pour dénoncer les violences faites aux femmes, révèle France Inter ce lundi.

Sandrine Rousseau, Elen Debost, Isabelle Attard et Annie lahmer (dont trois d’entre elles ont porté plainte) posent à visage découvert tandis que dix autres femmes sont de dos.

« 14 voix égalent 140 femmes », car « en France, seulement 10 % des femmes victimes de violences osent en parler », peut-on lire dans la légende de la photo.

>> A lire aussi : Confrontation entre Denis Baupin et la députée Isabelle Attard

Un autre cliché à l’origine des témoignages 

Il y a près d’un an, le 8 mars 2016, à l’occasion de la journée des droits des femmes, c’est une autre photo qui avait fait parler d’elle. Elle avait été postée dans le cadre de la campagne numérique « Mettez du rouge », qui appelait les hommes à poser avec du rouge à lèvres et poster leur photo sur la Toile en signe de soutien aux droits des femmes. Denis Baupin y avait participé aux côtés des élus Jacques Krabal (Parti radical de gauche), Christophe Borgel (Parti socialiste) et Benoist Apparu (Les Républicains).

C’est ce cliché qui avaient décidé certaines des 14 femmes a s’exprimer. Pour Sandrine Rousseau, l’une des porte-paroles d’EELV, l’image a été un « déclencheur ». « J’ai vu non pas quelqu’un qui défendait les droits des femmes mais quelqu’un qui avait tenté d’embrasser une femme de force », avait-elle expliqué à Mediapart.

>> A lire aussi : Accusé d'agressions sexuelles, Denis Baupin renonce à être candidat aux législatives